jeudi 29 décembre 2016

Le cerveau se mobilise pour défendre ses idées politiques

La petite phrase la plus percutante du monde n’est pas suffisante pour changer des opinions contraires. C’est ce que laisse supposer un article publié par Nature voici quelques jours sous le titre « Neural correlates of maintaining one’s political beliefs in the face of counterevidence » (Corrélations neuronales de la préservation des opinions politiques face à la preuve contraire).

Les auteurs de l’article, Jonas T. Kaplan et Sarah I. Gimbel (University of Southern California Los Angeles) et  Sam Harris (Project Reason Los Angeles), ont constitué un échantillon de quarante liberals (progressistes) bon teint. Ils leur ont présenté des arguments qui contredisaient certaines de leurs opinions politiques et observé les réactions de leur cerveau à l’aide d’un IRM. À titre de comparaison, ils ont aussi effectué le même test sur des opinions non politiques du genre « Edison a inventé l’ampoule électrique ».

Opinions et contre-arguments étaient exprimés sous forme brève (environ 11 mots en moyenne pour les première, une vingtaine pour les seconds). Il n’est pas question ici de « petites phrases », mais pas non plus de raisonnements bien étayés. Après lecture des contre-arguments, les opinions politiques évoluaient moins que les opinions non politiques.

Mais surtout, les parties du cerveau activées n’étaient pas les mêmes dans les deux cas. Les arguments non politiques activaient le cortex préfrontal dorsolatéral et le cortex orbitofrontal. Les arguments contestant des opinions politiques donnaient lieu à une activité accrue dans les régions du réseau du mode par défaut (DMN) : précunéus, cortex cingulaire postérieur, cortex préfrontal médian, etc. Or des études antérieures ont montré que les mêmes régions interviennent dans les croyances religieuses fortes. Le DMN se mobilise pour la défense des opinions profondes en rapport avec l’identité sociale.

Cette étude en laisse espérer d’autres. Puisque les « progressistes » sont si réticents à modifier leurs idées, en va-t-il de même chez les conservateurs ? Et si, au lieu de formulations génériques, on soumettait au test des petites phrases politiques très connues, les résultats seraient-ils différents ?

Michel Le Séac’h
______

Illustration : parchemin anglais, v. 1300, domaine public, Wikimedia Commons

mercredi 21 décembre 2016

Zsa Zsa Gabor : sa légende est aussi dans ses petites phrases

« Le meilleur rôle de  Zsa Zsa Gabor a été le sien », notait Time voici quelques jours en annonçant la mort à 99 ans de l’une des actrices les plus légendaires de Hollywood. Ses rôles au cinéma ont associé Zsa Zsa Gabor à quelques répliques fameuses, comme celle-ci, dans Moulin Rouge, le film qui a assis sa célébrité en 1952 : « J’ai eu 25 ans pendant quatre ans ».

Sa carrière professionnelle prestigieuse et sa vie personnelle tapageuse (elle a eu neuf maris et d’innombrables amants) lui ont valu de participer à des centaines d’émissions de divertissement à la radio et à la télévision. Elle y déployait une verve ravageuse rehaussée par une pointe d’accent hongrois. Les petites phrases qu’on lui prête ne sont peut-être pas toutes authentiques, mais on ne prête qu’aux riches... Voici certaines des plus fameuses :

  • « Le sexe, je n’y connais rien car j’ai toujours été mariée. »
  • « Les hommes n’aiment la profondeur chez les femmes que dans leur décolleté. »
  •  « Il est toujours plus difficile de satisfaire son mari que celui d’une autre. »
  • « Combien j’ai eu de maris ? Vous voulez dire à part les miens ? »
  • « Je suis pour les grandes familles. Une femme devrait avoir au moins trois maris. »
  • « Je sais très bien tenir une maison. Chaque fois que je quitte un homme, je garde sa maison. »
  • « Les meilleurs amis d’une femme, ce sont ses bijoux. Le meilleur ami d’un homme, c’est son chien. Vous voyez quel est le sexe le plus sensé. »
  • « Je n’ai jamais détesté un homme au point de lui rendre ses bijoux. »
  • « Mon mari m’a dit un jour : ‘c’est moi ou le chat’. Je le regrette quand même un peu. »
  •  « Je veux un homme gentil et compréhensif. Est-ce trop demander à un millionnaire ? »
  • « Le mariage, c’est du 50/50. L’homme doit avoir au moins 50 ans et 50 millions de dollars. »
  • « Une femme doit se marier par amour. Et recommencer jusqu’à ce qu’elle le trouve. »
  •  « Être aimée est une force. Aimer est une faiblesse. »
  • « Je ne fais la cuisine que quand je suis amoureuse. »
  • « Un homme amoureux est incomplet tant qu’il n’est pas marié. Après, il est fini. »
  • « Divorcer parce qu’on n’aime pas un homme est aussi idiot que de l’épouser parce qu’on l’aime. »
Michel Le Séac'h
________________________

Illustration : Zsa Zsa Gabor dans Moulin Rouge, domaine public via Wikimedia Commons.

mardi 20 décembre 2016

« Ich bin Charlie » : un double snowclone en avance sur une actualité tragique

« Ich bin Charlie », titraient voici quelques jours de nombreux journaux, dans la presse française aussi bien qu’allemande ou anglophone. Ils annonçaient la parution de la première édition internationale, en allemand, de Charlie Hebdo.

La formule vous rappelle une chose, bien sûr. Ou peut-être deux ? Elle est formée sur deux formules qui ont couru dans le monde entier :
  • « Ich bin ein Berliner » (« je suis un Berlinois »), phrase prononcée par John Fitzgerald Kennedy à Berlin en juin 1963. Il exprimait ainsi la solidarité des États-Unis avec les habitants de Berlin-Ouest soumis au blocus soviétique.
  • « Je suis Charlie », slogan créé par le graphiste Joachim Roncin en janvier 2015 après l’attentat contre Charlie Hebdo et qui a déferlé en quelques heures sur le web français puis international[1].
Ces deux petites phrases sont si connues qu’elles sont toutes deux devenues des snowclones, c’est-à-dire des formules dont ont réutilise des éléments caractéristiques pour former d’autres phrases présentant une parenté sémantique, sous la forme « Ich bin ein XXXer » pour l’une, « Je suis XXX » (avec souvent reprise du graphisme d’origine) pour l’autre. Le titre né de leur fusion bénéficie d’emblée d’une grande puissance évocatrice. L’attentat commis au marché de Noël de Berlin hier lui a donné un caractère terriblement prophétique.

Au passage, « Ich bin Charlie » donne une nouvelle illustration de la capacité de l’Agence France Presse (AFP) à imposer des petites phrases. La formule, qui figurait dans une de ses dépêches, a simplement été reprise par un certain nombre de journaux.

Michel Le Séac’h


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 228. Sur  « Ich bin ein Berliner », voir Pierrick Geais, « 'Ich bin ein Berliner', une petite phrase dont l'histoire continue de s'écrire », Vanity Fair, 20 décembre 2016.

mardi 13 décembre 2016

Fake news et petites phrases

Punir les « allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur » qui viseraient à dissuader des femmes d'avorter : tel est l'objectif de la loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse » adoptée voici quelques jours par l'Assemblée nationale. Spécialement visé, l’internet – car c’est là en pratique que s’exerce le militantisme anti-IVG.

Pourquoi borner cette exigence de vérité, sanctions pénales à la clé (deux ans de prison quand même) aux questions relatives à l’IVG ? Pourquoi ne pas punir tout simplement la diffusion d’allégation, indications ou présentations faussées, quelle qu'en soit l'intention ? Justement, le débat fait rage aux États-Unis. Les rumeurs et les bobards ont toujours joué un rôle en politique ; l’internet n’a fait qu’accélérer leur diffusion. On l’a bien vu pendant la campagne présidentielle américaine. Barack Obama s’est publiquement inquiété de la désinformation et des théories du complot circulant sur les réseaux sociaux. La presse écrite, très majoritairement favorable à Hillary Clinton, a critiqué certains sites web pour n’avoir pas fait le ménage dans les messages de leurs utilisateurs concernant la candidate démocrate. Depuis une quinzaine de jours, à la suite du Washington Post, certains journaux affirment même que le gouvernement russe a volontairement répandu des fausses nouvelles sur l’internet pour favoriser l’élection de Donald Trump (le complotisme serait-il en train de changer de bord ?).

L’Oxford English Dictionary vient de valider l’expression « post-truth » (post-vérité), qui désigne « les circonstances dans lesquelles les faits objectifs exercent moins d’influence sur la formation de l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux croyances individuelles ». Les grands de l’internet, Google et Facebook en tête ont annoncé leur intention de priver de publicité les sites qui contiennent des fausses nouvelles. Pendant la campagne électorale américaine, le compte Twitter de Donald Trump était intitulé @realDonaldTrump pour tenter de se distinguer de tous les faux Trump.

Les petites phrases fausses ont parfois l'air plus vraies que nature

Mais en quoi consistent les fake news ? Dans le New York Times, un professeur de philosophie, Michael P. Lynch, a tenté un distinguo entre « mensonge » et « tromperie ». « Mentir », selon lui, « c’est délibérément dire ce que vous pensez faux avec l’intention de tromper votre auditoire. Je peux vous tromper sans mentir (un silence à un moment clé, par exemple, peut être trompeur). Et je peux vous mentir sans tromperie. Cela peut être parce que vous êtes sceptique et ne me croyez pas, mais aussi parce que mon propos se trouve par hasard être vrai. » Cette manière de couper les cheveux en quatre annonce d’intéressants débats à venir !

L’observation des petites phrases pourrait apporter des éléments à ces débats. Une petite phrase qui réussit est largement répétée, mais pas toujours comme elle a été prononcée (d’ailleurs, comme le dit le professeur Lynch, un silence peut être trompeur, or la petite phrase n'en rend pas compte). Il est difficile aujourd’hui de vérifier que Marie-Antoinette a dit, ou pas : « s’ils n’ont plus de pain, qu’ils mangent de la brioche »[1]. Mais il n’est pas difficile de vérifier qu’Emmanuel Macron a dit « la vie d'un entrepreneur est bien plus dure que celle d'un salarié » : la petite phrase ne date que de janvier dernier. Et alors là, surprise : le voyant rouge « fake news » se met à clignoter. En réalité, Emmanuel Macron a dit : « la vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié ». L’omission du mot « souvent » change beaucoup la tonalité de la phrase – s’agirait-il du silence trompeur dont parlait Michael P. Lynch ? Or la première formule (fausse) est dix fois plus fréquente sur l’internet que la seconde (vraie) !

La presse américaine n’est pas à l’abri de ce genre de fantaisies, volontaires ou pas. Washington Post et New York Times en tête, en dépit de leur hostilité aux « fake news », de nombreux journaux ont tronqué une déclaration de Donald Trump (« I will accept the results of the election – if I win »), lui donnant ainsi une tonalité putschiste. Le « sound bite » a fait un tabac sur l’internet. On voit plus aisément une paille dans l’œil du voisin que le fake qui est dans son œil à soi.

Michel Le Séac’h


[1] Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 95.

vendredi 9 décembre 2016

« Wir schaffen das » : Angela Merkel est-elle débarrassée de sa petite phrase ?

Angela Merkel a été réélue cette semaine à la tête de la CDU après avoir tourné la page de son « wir schaffen das! » (« nous y arriverons »). Cette petite phrase date d’une conférence de presse du 31 août 2015. Très affectée, dit-on, par la découverte en Autriche, quelques jours plus tôt, de 71 cadavres de clandestins dans un camion frigorifique, la chancelière allemande avait décidé d’accueillir sans réserve les migrants qui affluaient via les Balkans. L’Allemagne est un pays puissant, avait-elle dit, « wir haben so vieles geschafft – wir schaffen das » (« Nous avons déjà tant fait – nous y arriverons »).

Pendant des mois, ce  « wir schaffen das » lui a été reproché par ses opposants – et par une opinion allemande qu’un sondage disait hostile à 82 %. Cité par Politico, Joachim Scharloth, professeur de linguistique à l’université technique de Dresde, assure que c’était inévitable car la formule d’Angela Merkel renvoyait à « une référence complètement obscure ». Arriver à quoi ? On n’en savait rien.

Certes, mais on pourrait en dire autant du « Yes we can » de Barack Obama lors de sa campagne présidentielle de 2008[1]. Or cette petite phrase-ci, au contraire, a été reçue positivement en Amérique et dans le monde occidental – alors que peu de gens pourtant auraient pu dire qui était « nous » et surtout ce que ce nous pouvait.

Dès leurs débuts, les deux petites phrases ont connu des sorts différents[2]. Celle de Barack Obama a été instantanément plébiscitée par le public, au point de supplanter le slogan officiel de la campagne (« Change we can believe in »). Celle d’Angela Merkel est d’abord passée inaperçue. Les statistiques de Google Search ne révèlent aucun intérêt particulier pour elle dans la semaine du 30 août au 5 septembre 2015 (voir le graphique Google Trends ci-dessous).


Pour qu’une petite phrase marque les esprits, il faut qu’elle soit répétée. Angela Merkel s’en est chargée elle-même. Elle a réitéré sa formule, et les résultats n’ont pas tardé : les manifestations hostiles se sont multipliées et le parti anti-immigration Alternativ fûr Deutschland a décollé dans les sondages, puis dans les urnes.

Angela Merkel en a tiré les conséquences : elle a fait machine arrière. Mais peut-on effacer à volonté la marque laissée par une petite phrase ? Michel Rocard n’a jamais pu faire oublier « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde » (autres temps, autres petites phrases !). Il avait tenté sans grand succès d’y ajouter après coup un appendice (« mais elle doit en prendre sa part »)[3]. Angela Merkel a fait plus direct et plus radical : au mois de juillet elle a répudié expressément son « wir schaffen das » devenu selon elle une « formule creuse ».

Il semble que ses partisans ne lui en tiennent pas rigueur : la CDU l'a réélue par 89,5 % des voix – une élection de maréchal, même si son score avait atteint 96,7 % en 2014. Est-ce à dire que la petite phrase est oubliée, alors que plusieurs centaines de migrants sont entrés en Allemagne dans l'intervalle ? Il faudra attendre des résultats électoraux grandeur nature. Mais ce n’est pas impossible : la dissonance était telle entre une personnalité populaire et une position impopulaire que cette dernière pourrait avoir disparu comme si elle n’avait jamais existé.

Michel Le Séac'h


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 121.
[2] « Wir schaffen das » n’est pas la traduction exacte de « yes we can » mais, curieusement, elle pourrait avoir la même origine : un personnage de dessins animés pour enfant, Bob le Bricoleur (Bob the Builder aux États-Unis, Bob der Baumeister en Allemagne). À son équipe d’ouvriers, Bob demande rituellement : « Pouvons-nous le faire ? ». Et les autres de répondre « Yes we can » dans la version en anglais… et « Yo ! wir schaffen das » dans la version allemande.
[3] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 101.

Photo : copie partielle d'écran Phoenix

mercredi 7 décembre 2016

Ségolène Royal, de la « bravitude » à la « castritude »

« Les Cubains se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la Terreur » : si elle avait été prononcée par Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, cette déclaration aurait probablement été reçue dans l’indifférence habituelle. On y aurait vu un de ces hommages forcés qu’il est usuel de prononcer aux funérailles des grands de ce monde, en l'occurrence celles de Fidel Castro. Au pire, un effet du décalage horaire.

Pour Ségolène Royal, au contraire, aucune mansuétude, tout de suite un soupçon de turpitude, si ce n’est de « cruchitude », comme elle dit elle-même, depuis ce jour funeste de janvier 2007 où,  frigorifiée au pied de la Grande muraille de Chine, elle déclara face aux caméras : « Comme le disent les Chinois : qui n’est pas venu sur la Grande muraille n’est pas un brave, et qui vient sur la Grande muraille conquiert la bravitude »[1].

Ce lapsus était né sous des auspices favorables : Ségolène Royal était alors candidate à l’élection présidentielle de 2007. Selon un sondage, elle était même en passe de la remporter avec 50,5 % des voix au second tour. Ses faits et gestes étaient donc observés avec attention. Pire : au lieu de se placer du côté des rieurs, son entourage a tenté d’expliquer sa « bravitude » comme un néologisme signifiant « plénitude d’un sentiment de bravoure ». Les moqueries ont évidemment redoublé, relayées par des réseaux sociaux en plein essor. L’avenir présidentiel de Ségolène Royal s’en est trouvé instantanément compromis.

Depuis lors, la « bravitude » poursuit la ministre de l’Environnement. C’est devenu une petite phrase en un seul mot : sous des dehors anodins, elle a incontestablement marqué les esprits. C’est même devenu un « snowclone » : le suffixe « tude » suffit à l’invoquer. On a parlé de ridiculitude, de ségolénitude… (et ce blog est intitulé Phrasitude). Les petites phrases se nourrissent de la répétition : chaque position contestée de Ségolène Royal lui vaut une réactivation de cette « bravitude » qui signifie implicitement quelque chose comme « Ségolène dit n’importe quoi ».  Sa déclaration du 3 décembre à Santiago de Cuba a relancé la mécanique. « Castritude » a titré Le Figaro en Une lundi dernier : d’un mot, tout était dit, le reste de l’éditorial était superflu. Depuis lors, le mot roule aux quatre coins de l’internet.

On compare souvent les petites phrases auto-dommageables au sparadrap du capitaine Haddock. Dans certains cas, c’est très au-dessous de la vérité.

Michel Le Séac’h


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 85.

Photo : Ségolène Royal à la COP21, Flickr, domaine public

lundi 5 décembre 2016

Quelle petite phrase pour annoncer la candidature de Manuel Valls ?

Manuel Valls doit annoncer ce soir sa candidature à la présidence de la République. Dans sa déclaration on cherchera « la » petite phrase. La sortie soupesée pour une entrée en campagne, qui fera les titres et les tweets des heures suivantes. Car Manuel Valls est un virtuose des petites phrases, il en joue comme Mme Valls de son archet. Il connaît la puissance de ces « formules concises qui sous des dehors anodins visent à marquer les esprits », pour reprendre l’excellente définition de l’Académie française.

Avant même les phrases, Manuel Valls s’intéresse aux mots. Il a préconisé en juin 2009 de changer le nom de son parti, « car le mot socialisme est sans doute dépassé »‑ et à partir d’un seul mot voilà déjà une petite phrase. Peu de politiques oseraient manier comme lui les mots apartheid (« il y a un apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays »), guerre (« le FN peut conduire à la guerre civile »), antisionisme (« l’antisionisme, c’est-à-dire tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine d’Israël »).

Ses discours officiels comportent souvent une phrase destinée à être reprise par les médias et les réseaux sociaux. Son premier discours de politique générale, après sa nomination à Matignon en 2014, commençait ainsi : « Trop de souffrance, pas assez d’espérance, telle est la situation de la France ». La triple rime était habile : les sciences cognitives ont montré que les rimes donnent un sentiment de vérité. En l’occurrence trop habile, peut-être : quatorze mots étaient déjà trop pour faire un titre. Raccourcie à « Trop de souffrance, pas assez d’espérance » dans le titre d’une dépêche AFP, la phrase a souvent été reproduite dans cette version croupion.

Petite phrase en attaque ou en défense

Manuel Valls sait aussi qu’une phrase sans malice peut devenir une petite phrase proprio motu[1] – le plus souvent défavorable à son auteur – y compris sur les thèmes les plus inattendus. Il a éprouvé lui-même le phénomène au mois de mars 2016 après avoir déclaré sur RTL que « les conditions ne sont pas réunies pour que Karim Benzema revienne en équipe de France ». Cette opinion avait soulevé la fureur de l’intéressé et un certain émoi chez les passionnés de football. Il avait fait de son mieux pour la déminer quelques jours plus tard sur Stade 2 (on note le choix d’une émission sportive pour éviter d’élargir le débat) en déclarant : «Je ne veux absolument pas polémiquer avec Benzema. C'est par ailleurs un formidable footballeur». Lors de la même émission, il avait aussi cherché à faire oublier sa première petite phrase par une seconde, positive : « L’Euro 2016 doit se tenir et il va se tenir ».

Manuel Valls apprécie aussi les petites phrases chez les autres. Dans Pour en finir avec le vieux socialisme et être enfin de gauche (2008), il a dit son admiration pour Clemenceau, grand spécialiste des formules qui font mouche. De Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen, il a cité dans un discours officiel : « le Code du travail se veut protecteur et rassurant, il est devenu obscur et inquiétant ». Et il sait qu’il faut parfois intervenir, au cas où une phrase menacerait de devenir trop marquante. Ce fut le cas fin janvier 2016. Christiane Taubira venait de démissionner en lançant : « Parfois résister c’est partir », formule reprise à l’envi par la presse et les médias sociaux. Dès le lendemain, profitant d’une réception de la presse, Manuel Valls avait répliqué : « Résister aujourd’hui, ça n’est pas proclamer, ça n’est pas faire des discours, résister c’est se confronter à la réalité du pays ».

Une petite phrase pour l’appareil ou pour l’opinion ?

D’après les moteurs de recherche, Manuel Valls est le troisième homme politique français le plus souvent associé à l’expression « petite phrase », derrière les deux derniers présidents de la République. Nul n’illustre mieux que lui la différence entre langue de bois et petite phrase : ses formules ne sont pas destinées à être aussitôt oubliées, elles visent à marquer les esprits. Plus d’une fois, il a heurté les adhérents de son parti avec des formules comme « la gauche peut mourir », « je suis contre l’instauration de quotas de migrants », « la TVA sociale est une mesure de gauche » ou « nous devons déverrouiller les 35 heures ». Délibérément. Jouer l’opinion contre l’appareil socialiste, c’est ce que deux biographes appellent la « méthode vallsiste »[2]. Ils citent ainsi Manuel Valls : « Le jeu médiatique a une fonction d’existence. Exister, c’est un bouclier. Ça vous protège. Si vous n’êtes pas fort dans l’appareil, il faut être fort dans les médias. J’ai donc bâti une construction dans l’opinion. »

Cette méthode est-elle valable pour une élection primaire ? Là, il s’agit de satisfaire les électeurs socialistes et sympathisants. Or la proportion des « durs » a progressé dans le parti tandis que les modérés s’en détournaient. Il est vrai aussi que la proportion relative des élus et de leurs entourages qui ont des postes à défendre s’est aussi accrue – et ceux-là devraient être plus enclins à suivre un candidat qui « joue l’opinion », si cela peut sauver l’appareil. Laquelle de ces deux logiques Manuel Valls aura-t-il choisie ? La petite phrase phare de sa déclaration de ce soir devrait en dire beaucoup sur la stratégie retenue.

Michel Le Séac'h


[1] Mais parfois avec l’aide de certains médias. En l’occurrence, la petite phrase de Manuel Valls avait été reprise par l’AFP dans un titre de dépêche.
[2] David Revault d’Allonnes et Laurent Borredon, Valls à l’intérieur, Robert Laffont, 2014.

Photo : [c] Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons


Note d’après discours : Finalement, Manuel Valls n’a pas vraiment choisi ! Sa petite phrase, sur laquelle il a conclu sa déclaration de candidature, n’est autre que le slogan qu’on pouvait lire dès la première seconde sur son pupitre : « Faire gagner tout ce qui nous rassemble ». Habitué des formules clivantes, il change de personnage pour devenir consensuel. Cette mutation suffit-elle à susciter l’émotion et marquer les esprits ? On peut en douter. À ce discours, il manquait quelque chose. Même les meilleurs communicants ont parfois des passages à vide – mais le moment, en l’occurrence, était malencontreux. À défaut de texte, Manuel Valls a-t-il soigné l’image, nouant sa cravate de travers en signe de continuité avec le président de la République ? On note aussi que les « minorités visibles » formaient environ un tiers de la brigade d’acclamations réunie autour de Manuel Valls. Mais peut-être était-elle simplement représentative de la population d’Évry et non porteuse de quelque message politique. (Illustration : copie partielle d'un écran BFM TV)


mardi 29 novembre 2016

Martine Aubry déteste les petites phrases – du moins celles des autres

La plus récente condamnation des petites phrases vient d’où on ne l’attendait pas : « Les petites phrases, c’est ce que je déteste », a déclaré Martine Aubry ce week-end. Organisatrice à Bondy d’un Carrefour des gauches et de l'écologie, elle faisait allusion à une déclaration de Claude Bartolone : « Je souhaite que Valls participe à la primaire, je souhaite que Hollande participe à la primaire ».

Telle était alors la tension supposée entre les deux premiers personnages de l’État que cette prise de position du quatrième ne pouvait que compliquer la situation. Agacée, la maire de Lille a commenté : « Il a le droit de dire ce qu'il veut, chacun a son opinion, les petites phrases c’est ce que je déteste, voilà, je n'envoie jamais des scud contre les gens, je me bats sur des idées, voilà. »

Martine Aubry et Claude Bartolone.
Mais c'était en 2011...
Admettre la liberté de parole tout en la contestant dans le même mouvement, n’est-ce pas l’occasion d’invoquer ce précepte fameux : « Quand c’est flou, il y a un loup » ? Il est de Martine Aubry elle-même ! Circonstance aggravante, il était dirigé contre… François Hollande. Candidats à la primaire de la gauche avant l’élection présidentielle de 2012, tous deux venaient de s’affronter dans un débat. Martine Aubry poursuivait le débat par médias interposés. « Je ne veux pas être dans la dévalorisation, je n'ai pas besoin, moi, de dénigrer, de dévaluer, de dénoncer », avait répondu François Hollande, qui lui aussi « n’envoie jamais de scud ».

Ce loup n’est pas une petite phrase unique dans la bouche de Martine Aubry, classée l'an dernier au 11e rang de notre palmarès des personnages politiques associés à une petite phrase. D’elle, on retient aussi :

  • « Que M. Blondel m'explique enfin sa position sur les 35 heures, je ne la sens pas. » (1998)
  • « Quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, c'est un peu M. Madoff qui administre quelques cours de comptabilité. » (2010)
  • « Mais oui mais bon, elle est un petit peu impatiente la Ségolène. » (2011)
  • « Macron ? Comment vous dire… ras-le-bol. » (2015)
  • « Je ne suis pas Monsieur Estrosi, je prends mes responsabilités. » (2016)
Faut-il voir dans ces petites phrases des débats d’idées qui volent haut ou des « scud contre les gens » qui volent bas ? La question peut en tout cas se poser.

Michel Le Séac’h
___________________________


lundi 28 novembre 2016

La petite phrase n’attend pas le nombre des années

Avis aux jeunes hommes politiques ambitieux : il n’est pas nécessaire de parvenir aux plus hautes responsabilités avant de prononcer des petites phrases impérissables.

Certes, une petite phrase ne se diffuse et n’est retenue par le public que si elle répond à certaines conditions. Celles-ci tiennent entre autres à son contexte. Et l’un des éléments majeurs du contexte est la personnalité de son auteur. Mais cette personnalité peut s’affirmer a posteriori. Il n’est pas indispensable d’être déjà très puissant ou très célèbre au jour de la petite phrase. Voici quelques exemples de petites phrases devenues des citations historiques et parvenues jusqu’à nous.

  • Jésus avait 33 ans quand il a dit « Rendez à César ce qui est à César »[i]. Il dirigeait une petite
    secte minoritaire et contestée dans une province reculée de l’empire romain. Moins d’une semaine plus tard, il serait condamné à mort et exécuté.
  • Henri IV avait 36 ans quand il a dit « Ralliez-vous à mon panache blanc »[ii]. Il avait été désigné par Henri III comme son successeur neuf mois plus tôt mais la Ligue contestait sa légitimité par les armes avec le soutien de l’Espagne. Il lui faudra des années pour en venir à bout et se faire sacrer roi.
  • Louis XIV avait 17 ans quand il a dit « L’État c’est moi »[iii]. Couronné depuis une douzaine d’années déjà, il venait de voir son trône ébranlé par la Fronde et la situation du royaume était mauvaise. Surtout, il était sous la tutelle effective du cardinal Mazarin.
  • Louis Antoine de Saint-Just avait 26 ans quand il a dit « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté »[iv]. Élu au Comité de salut public, il n’avait guère d’autre titre à faire valoir que sa ferveur révolutionnaire. Quelques mois plus tard, au 9 thermidor, elle lui coûterait sa tête.
  • Bonaparte avait 28 ans quand il a dit « Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ». Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, sans doute, mais il n’était encore que commandant de l’armée française d’Orient dans une Première république où une carrière était à la merci d’un coup de sabre.
  • Martin Luther King avait 33 ans quand il a dit « I have a dream »[v]. Jeune pasteur baptiste remarqué pour son militantisme en faveur des droits civiques, il avait le soutien du président John F. Kennedy, mais ce dernier allait être assassiné moins de trois mois plus tard.
  • Valéry Giscard d’Estaing avait 48 ans quand il a dit « Vous n’avez pas le monopole du cœur »[vi]. Il était ministre de l’Économie et candidat à la présidence de la République, mais quinze jours plus tôt encore, rares étaient ceux qui lui donnaient une chance face à François Mitterrand et Jacques Chaban-Delmas.

Michel Le Séac'h


[i] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 64.
[ii] Idem, p. 29.
[iii] Ibid., p. 43.
[iv] Ibid., p. 62.
[v] Ibid., p. 115.
[vi] Ibid., p. 109.

Illustration : Jésus chassant les marchands du temple (extrait) par Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson, musée des Beaux-arts de Rennes, domaine public via Wikimedia

lundi 21 novembre 2016

« Je suis à la tête d’un État en faillite » : est-ce assez pour décrire un présidentiable ?

Malgré sa longue carrière politique (plus jeune député de France à 27 ans, six fois ministre) et ses cinq ans à Matignon, François Fillon reste mal connu. En voici un symptôme clair : les petites phrases qui lui sont attachées sont rares.

Une petite phrase est souvent perçue par le public comme descriptive de son auteur. Surtout quand elle est négative. Le « casse-toi pauv’ con » de Nicolas Sarkozy, le « droit dans mes bottes » d’Alain Juppé en sont des exemples. Elles résument un portrait à la manière d’une caricature. Un homme qui n’est pas caricaturé est en déficit d’image (on note que François Fillon est rarement représenté par des images satiriques[1] et que certains l’ont surnommé « Mister Nobody »).

À l’actif de l’ancien premier ministre, en fait, on relève une seule petite phrase répandue : « Je suis à la tête d’un État en faillite ». Selon un phénomène classique, elle a été réduite à sa plus simple expression puisque la déclaration exacte de François Fillon est celle-ci : « Je suis à la tête d'un État qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un État qui est depuis quinze ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un État qui n'a jamais voté un budget en équilibre depuis vingt-cinq ans, ça ne peut pas durer. » « En faillite » résume de manière efficiente la formule « qui est en situation de faillite sur le plan financier », mais aussi le déficit chronique et le déséquilibre budgétaire. Sur l’internet, « Je suis à la tête d’un État en faillite » est presque vingt fois plus fréquent que « Je suis à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier » et à peu près quatre fois plus fréquent que les formules partiellement raccourcies « Je suis à la tête d’un État en situation de faillite » ou « Je suis à la tête d’un État qui est en faillite ».

On note que la version d’origine comprend une anaphore, figure de style consistant à répéter plusieurs fois le même mot ou groupe de mots. Mais ce n’est pas elle qui a été retenue. Le message de la petite phrase est dans la « faillite » et non dans la fonction occupée alors par François Fillon. Sémantiquement parlant, « Je suis à la tête d’un État » n’est pas comparable au « Moi président » de François Hollande[2], et encore moins au « I have a dream » de Martin Luther King[3]. Il n’est pas impossible cependant que l’anaphore ait contribué à attirer l’attention de la presse et à déclencher le processus de répétition qui a répandu la petite phrase.

Le fruit (défendu) des circonstances ?

Quant aux motivations de François Fillon, le doute demeure. Que la situation des finances publiques ait été désastreuse, c’était un secret de polichinelle. Mais était-il politiquement correct de le dire ? En déplacement à Calvi le 21 septembre 2007, quatre mois après sa nomination à Matignon, le premier ministre animait un déjeuner en plein air. Voici l’épisode tel que relaté par son proche collaborateur Jean de Boishuë :

« Journalistes, notables, élus, agriculteurs, syndicalistes présents, déjà pas mal nourris au petit rosé, n'en croyaient ni leurs oreilles, ni leurs notes. Tous se demandaient quelle mouche avait piqué le toujours prudent François Fillon. Sur le coup, lui aussi. Inquiet, il se pencha vers moi : "j'ai un peu poussé, non ? " »[4]

Il paraît peu probable que la formule ait été préparée à l’avance. D’autant qu’elle rappelait un précédent fâcheux. « L’État ne peut pas tout », avait déclaré Lionel Jospin, alors premier ministre. Beaucoup y ont vu la source de son échec électoral en 2002. Le « toujours prudent François Fillon » ne pouvait l’ignorer. Pas plus qu’il ne pouvait ignorer que son triple « je suis à la tête d’un État » allait souverainement agacer un président de la République qui le présentait comme son « collaborateur ».

Ne serait-il pas cocasse que la seule petite phrase notable d’un possible futur président de la République soit le fruit de la chaleur communicative des banquets et du petit rosé corse ?

Michel Le Séac'h


[1] Voir Pascal Moliner, Psychologie sociale de l’image, Presses universitaires de Grenoble, 2016
[2] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 59.
[3] Idem, p. 115.
[4] Voir Jean de Boishuë, Anti-secrets, EDI8, 2015.

Illustration : copie partielle d’un écran d’une vidéo de l’Institut national de l’audiovisuel.

mercredi 16 novembre 2016

Emmanuel Macron, un candidat à l’élection présidentielle en manque de petite phrase

Emmanuel Macron s’est donc déclaré candidat à la présidence de la République. Pré-annoncée depuis plusieurs jours, cette candidature n’était pas suffisante pour marquer l’opinion. Quelle petite phrase l’ancien ministre de l’économie allait-il jeter en pâture à la presse et aux internautes, afin qu’ils en fassent des titres et des tweets qui s’inscriraient dans les esprits ?

On la cherche en vain. Une bonne partie de la presse semble avoir retenu par défaut « Je suis candidat à la présidence de la République », qui ne contient en réalité aucun message. Cette assertion n’est ni neuve, ni spécifique, elle n’a pas de quoi étonner. Pour un homme politique, sans doute, elle formalise un moment solennel nouveau pour lui, celui où il franchit le Rubicon. Mais l’opinion publique l'a déjà entendue cent fois, et pour elle Emmanuel Macron faisait déjà partie des présidentiables potentiels. Cette formule a pu constituer une petite phrase dans la bouche d'un Coluche, certainement pas dans celle d’un ancien ministre.

Quelques médias ont préféré retenir : « Je place ma candidature sous le signe de l’espérance ». Les perspectives de cette formule sont à peine meilleures. Pour deux raisons :

  • Elle est exprimée à la première personne, et même doublement, par le pronom « Je », sujet de la phrase, et par l’adjectif possessif « ma ». Cette construction n’est pas propice aux petites phrases[1]. Elle ne favorise pas la projection du public : fort peu de gens se prennent pour Emmanuel Macron.
  • Elle ne prescrit pas au public une attitude ou un comportement. Le mécanisme mental mis en jeu par les petites phrases les plus efficaces remonte probablement à l’aube de l’humanité : à l’instar des dictons, elles fonctionnent comme des heuristiques, elles disent quoi faire sans avoir à y réfléchir. Or l’espérance est une attitude passive, elle n’a jamais évité à personne de s’empoisonner avec un champignon vénéneux ou d’être dévoré par un tigre à dents de sabre. Le pape Jean-Paul II l’avait bien compris : quand il a publié une encyclique sur l’espérance, en 1994, il l’a intitulée Entrez dans l’espérance. Ce titre forgé sur un verbe d’action à la deuxième personne de l’impératif est resté dans beaucoup de mémoires. (Qui se souvient en revanche de la formule passive Spe Salvi – « Sauvés dans l’espérance » ‑ titre d’une encyclique publiée par Benoît XVI en 2007 ?)
Emmanuel Macron n'a pas de chance avec les petites phrases quand il ne les a pas calculées. Mais quand l'occasion se présente, il ne la saisit pas. Manque d'expérience sans doute.

Bien entendu, le sort d’une petite phrase ne tient pas seulement à son contenu. Il tient aussi à son auteur et à ses circonstances. Emmanuel Macron partait avec un avantage : homme en vue, il était certain que la presse s’intéresserait à ses propos. En guise de cadre, il avait retenu l’atelier d’un centre de formation à la réparation automobile. Ce choix symbolique semblait habile. Mais dans ce lieu de travail, on avait installé une tribune à fond bleu décorée d’un drapeau français et d’un drapeau européen. En fin de compte, les téléspectateurs l’ont vu s’exprimer dans un cadre aussi institutionnel que possible, tel qu’on en voit à l’Élysée ou dans n’importe quel ministère lors des déclarations officielles. Ce qui ne connotait pas l’idée d'un personnage neuf en rupture avec le milieu politique traditionnel. Paradoxalement, cette erreur d’un candidat inexpérimenté donne de lui l’image d’un homme du sérail !

Michel Le Séac'h


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Paris, Eyrolles, 2015, p. 228.

vendredi 11 novembre 2016

Donald Trump : « I will accept the results of the election – if I win »

L’espérance de vie des petites phrases est variable. Certaines d’entre elles traversent les millénaires (« Rendez à César ce qui est à César »[1]...). D’autres disparaissent au bout de quelques jours, même si leur notoriété a pu être immense dans ce laps de temps.

Tel est le cas de cette phrase de Donald Trump, l’une des plus fameuses de sa campagne présidentielle : « I will accept the results of the election – if I win » (« j’accepterai les résultats de l’élection – si je gagne »). Prononcée le 20 octobre, elle est devenue obsolète le 8 novembre. Sa brève existence comporte néanmoins quelques leçons pour l’étude des petites phrases.

1. Une recherche de la formule la plus simple

Les petites phrases admises par le public sont souvent reformulées pour être réduites à leur plus simple expression. Les détails inutiles sont éliminés. En l’occurrence, la phrase réellement prononcée par Donald Trump le 20 octobre, lors d’une réunion électorale dans l’Ohio, était celle-ci : 

« I will totally accept the results of this great and historic presidential election, if I win. »

Une recherche Google sur Trump + cette phrase exacte retourne 19 100 résultats. Mais une recherche sur Trump +

« I will accept the results of this election, if I win »

retourne… 12 700 000 résultats ! Débarrassée de son adverbe et de ses trois adjectifs, la petite phrase s’est propagée bien plus aisément sur les réseaux sociaux.


2. Un message implicite parfaitement compris même s’il est faux

Pour la quasi-totalité de ceux qui l’ont reprise sur les réseaux sociaux, cette phrase NE signifie PAS que Donald Trump acceptera les résultats de l’élection s’il la remporte. Elle signifie qu’il ne les acceptera pas s’il perd ! Elle est comprise ainsi comme une évidence, sans qu’il soit besoin d’explications supplémentaires. Le message explicite (qui revient à enfoncer une porte ouverte) est supplanté par un message implicite qui en est pratiquement l’inverse. Cette petite phrase est une petite antiphrase.

La simplification évoquée plus haut contribue à cette interprétation. L’adverbe « totally » introduisait dans la phrase l’amorce d’une réserve qui devait mettre la puce à l’oreille. Avec cet adverbe, l’inversion du sens de la phrase conduisait plutôt à une interprétation du genre « je n’accepterai pas totalement les résultats de l’élection si je ne gagne pas ». Et en réalité, la déclaration complète de Donald Trump était bien plus pondérée encore :

« I will totally accept the results of this great and historic presidential election, if I win. Of course I would accept a clear election result, but I would also reserve my right to contest or file a legal challenge in the case of a questionable result. I will follow and abide by all the rules and traditions of all of the many candidates who came before me, always. »

La position de Donald Trump s’expliquait par son contexte : comme on lui demandait de s’engager à accepter d’avance, sans discussion, les résultats de l’élection, il avait refusé de se priver par anticipation de toute voie de recours, rappelant que l’élection présidentielle de 2000 avait donné lieu à contestation et recompte des voix. Si George W. Bush avait accepté le résultat d’avance, Al Gore aurait été élu. Extraite de son contexte, la petite phrase tronquée signifiait à peu près l’inverse de ce qu’avait dit le candidat républicain.

Mais, et c’est là l’important, elle était en cohérence cognitive avec l’opinion que le public qui la relayait avait de lui. Bien que fallacieuse, elle renforçait une opinion préexistante et n'en semblait que plus « vraie ».

3. Une presse probablement pas neutre

La presse américaine, connaissant la teneur réelle des propos de Donald Trump, en a néanmoins diffusé une version déformée, comme le montrent ces trois titres – trois exemples parmi beaucoup d’autres :

  • Donald Trump: 'I will totally accept' election results 'if I win'CNN
  • Donald Trump Says He Will Accept Election Outcome (‘if I Win’)New York Times
  • Donald Trump says he will accept results of election — ‘if I win’ Washington Post
Ces titres parus le 20 octobre, c’est-à-dire aussitôt après la déclaration de Donald Trump, dans des médias de première importance, ont en quelque sorte « officialisé » la version erronée de la petite phrase. De la part de journalistes professionnels, il est douteux que ce soit innocent. Quand les partisans de Donald Trump accusent la presse de partialité, ils ont des arguments à faire valoir. L’étonnante ressemblance des titres ci-dessus peut même évoquer une concertation.

4. Des échos internationaux – y compris en France

Il est exceptionnel qu’une petite phrase devienne internationale. La formule de Donald Trump n’aura pas eu le sort du « Yes we can »[2] de Barack Obama ou du « I have a dream »[3] de Martin Luther King. Cependant, elle a été largement reprise hors des États-Unis. Ce qui n’a rien d’étonnant : les trois médias cités ci-dessus sont considérés comme très influents auprès des correspondants de la presse étrangère.

Il s’est même trouvé un professeur au Collège de France pour publier dans le Figaro Vox une tribune[4] fondée en grande partie sur cette déclaration tronquée. Elle commençait ainsi :

« Pressé de dire s'il reconnaîtrait l'éventuelle victoire de sa concurrente Hillary Clinton, M. Donald Trump a répondu «J'accepterai sans réserve les résultats de cette élection présidentielle — si je gagne» («I will totally accept the results of this great and historic presidential election — if I win» New-York Times, 21 oct. 2016). Les Européens auraient tort de moquer cette déclaration d'apparence bouffonne, car elle témoigne d'un délitement de la démocratie dont nul pays n'est exempt. »

Il serait cruel d’insister.

Michel Le Séac’h
______________________________

[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, p. 64.
[2] Idem, p. 121.
[3] Ibid., p. 115.
[4] Alain Supiot, « «Aux Etats-Unis comme en Europe, le grand délitement de la démocratie» », Figaro Vox, 7 novembre 2016, http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/11/07/31001-20161107ARTFIG00145-alain-supiot-aux-etats-unis-comme-en-europe-le-grand-delitement-de-la-democratie.php

mercredi 9 novembre 2016

« Double ration de frites » : la petite phrase de Nicolas Sarkozy qui offense les milléniaux

Les petites phrases viennent d’où elles veulent et disent ce qu’on veut leur faire dire. Elles n’ont pas toujours été concoctées avec soin par des communicants. En tout cas les petites phrases négatives, celle qui font du tort à leurs auteurs. Témoin cette « double ration de frites ». En meeting à Neuilly-sur-Seine avant-hier, Nicolas Sarkozy a déclaré :
« Je n'accepte pas dans nos écoles qu'il y ait des tables de juifs et des tables de musulmans, et si dans sa famille on ne mange pas de porc, eh ! bien le jour où à la cantine il y a des frites et une tranche de jambon, eh ! bien, le petit il prend pas de tranche de jambon, il prendra une double ration de frites. C'est la République. La même règle et le même menu pour tout le monde, c'est ça la République. » 
Gros succès des frites républicaines dans les réseaux sociaux. « ‘’Double ration de frites’’ à la place du jambon : Nicolas Sarkozy offre une belle tranche de rigolade aux internautes », titre ainsi 20 Minutes. Pourtant, Nicolas Sarkozy n’a rien offert du tout. Il aurait plutôt fallu écrire : « les internautes s’offrent une belle tranche de rigolade aux dépens de Nicolas Sarkozy ».

En effet, si jamais une partie de cette déclaration avait été formatée pour devenir une petite phrase, ce serait son début (« Je n'accepte pas dans nos écoles qu'il y ait des tables de juifs et des tables de musulmans ») ou sa fin (« La même règle et le même menu pour tout le monde, c'est ça la République »), sûrement pas la ration de frites. De nombreux médias qualifient pourtant cette formule de « petite phrase », à l’instar de France 3. Bruno Le Maire évoque une « petite phrase […] indigeste pour un ancien président de la République ».

Le message implicite de cette petite phrase n’a rien à voir avec son contenu apparent. Ceux qui la propagent ne se soucient ni d’école ni de diététique : leur « double ration de frites » parle implicitement de Nicolas Sarkozy. En mal.

Dans la communication politique, évitez le gras et le sucré

Une petite phrase a un auteur (petite phrase émise), des relais (petite phrase transmise) et un public (petite phrase admise). Il n’y aura transmission, il n’y aura admission que si la petite phrase est jugée porteuse d’un message en cohérence avec ce qu’on croit déjà. Les frites, un sujet a priori complètement anodin, n’ont d’importance que si l’on pense déjà du mal de Nicolas Sarkozy. Cet épisode comporte donc une leçon pour la communication politique : une formule qui se diffuse spontanément et largement dans les réseaux sociaux[1] contient plus d’enseignements sur le public qui la reçoit et la relaie que sur son auteur lui-même.

Or les réseaux sociaux sont dominés par les milléniaux, ou la génération Y. Pour cette génération, la cantine de l’école n’est pas encore très lointaine. Elle se projette aisément sur le « petit » de Nicolas Sarkozy. Elle se rappelle qu’à la cantine, le jour des frites était jour de fête. Et quand on sortait avec les copains, on allait volontiers au MacDo – frites encore. La frite riche en lipides était une sorte de plaisir coupable qu’on partageait entre ados. La frite ne passe donc pas inaperçue, elle n’est pas n’importe quelle garniture : en se mêlant de frites, Nicolas Sarkozy endosse le rôle de l’adulte qui transgresse leur intimité en regardant dans leur assiette.

Jean-François Copé en avait déjà fait l’expérience avec son pain au chocolat, les milléniaux ne sont pas seulement une génération technologique, ils sont aussi une génération élevée aux produits gras et sucrés : n’y touchez pas !

Michel Le Séac'h


[1] Dans la presse, la formule a été activement « poussée » par l’AFP.

Photo N. Sarkozy :  European People's Party - EPP Summit October 2010 via Wikipedia et FlickrCC BY 2.0

dimanche 30 octobre 2016

Centenaire de Mitterrand : À la recherche du « temps au temps » perdu

C’était de circonstance : le centenaire de la naissance de François Mitterrand, le 26 octobre, a été l’occasion d’exhumer « il faut laisser le temps au temps ». Cette petite phrase « lui est attribuée à tout propos », note Hubert Védrine sur le site de l’Institut François Mitterrand. « "Laisser du temps au temps" fait un succès étonnant dans les reprises médias ou les appropriations de la rue », insiste Jack Lang dans son Dictionnaire amoureux de François Mitterrand (EDI8, 2015). Cette semaine, on l’a retrouvée, entre autres, dans le titre d’un article de Libération.

Mais que signifie donc cette formule tautologique ? On n’en sait trop rien. Hubert Védrine envisage deux interprétations :

  • un prétexte à procrastination, dans la foulée de Henri Queuille (« il n’y a pas de problème qu’une absence de solution ne finisse par faire disparaître »),
  • un principe de sage lenteur respectant les évolutions naturelles. Les admirateurs de François Mitterrand se rangent plutôt à cette version genre « force tranquille ». François Hollande en a proposé une exégèse ‑ « Ça ne justifiait pas l’immobilisme mais il s’agissait de respecter les rites pour mieux surgir » ‑ lors de l’hommage rendu à son lointain prédécesseur, mercredi dernier au Louvre.
De moins révérencieux en évoquent une troisième :

  • l’excuse de mauvaise foi d’un président qui refusait de porter une montre et gérait très mal son temps. Au point de tomber parfois dans la plus extrême impolitesse, comme ce jour où il a fait patienter pendant trois quarts d’heure le Bundestag allemand.
En vérité, Mitterrand lui-même n’a jamais expliqué le sens d’« il faut laisser du temps au temps ». Et d’ailleurs, qui l’a vraiment entendu le dire ? Auteur d’un recueil précisément intitulé Il faut laisser le temps au temps : les mots de François Mitterrand (Presses de la Cité, 1995), Michel Martin-Roland indique qu’il s’agit d’une déclaration faite au Nouvel Observateur en avril 1981. Jack Lang reprend cette référence et cite ainsi ce qu’il qualifie de « métaphore potagère » : « Les idées mûrissent comme les fruits et les hommes. Il faut qu’on laisse le temps au temps. Personne ne passe du jour au lendemain des semailles aux récoltes et l’échelle de l’histoire n’est pas celle des gazettes. »

Hubert Védrine est d’un autre avis : selon lui, la formule est parue dans Le Point le 2 mai 1981. Et elle se réduit à : « Les idées mûrissent comme les fruits et les hommes. Personne ne passe du jour au lendemain des semailles aux récoltes et l’échelle de l’histoire n’est pas celle des gazettes. » Le « temps au temps » n’y figure même pas !

On le rencontre en revanche chez Cervantès, qui dans Don Quichotte évoque trois fois le dicton populaire espagnol « dar tiempo al tiempo », cité aussi par le poète Antonio Machado. Ou, signale François Brune/Bruno Hongre, dans une lettre du pape Alexandre VII au cardinal de Retz (« tempo al tempo »). Cela nous mène loin de la présidence de la République française.

C’est le public qui fait la petite phrase

Ainsi, cette formule souvent présentée comme la « maxime favorite » de François Mitterrand n’aurait été prononcée par lui – et encore, entre quatre-z-yeux seulement – qu’avant le début de sa présidence et pas une seule fois ensuite.

Ce qui montre bien qu’en matière de petite phrase, l’homme politique propose et le public dispose. Peu importe que François Mitterrand ait ou non prononcé sa « maxime favorite », ce n’est pas lui qui en a fait une petite phrase, c’est le public. Celui-ci l’a reprise, propagée et mémorisée en l’attribuant à Mitterrand parce qu’il avait le sentiment qu’elle représentait bien un aspect de son personnage. Même si elle n’avait pas été formellement prononcée, elle était « plus vraie que vraie »[1].

Corrélativement, on notera que cette petite phrase confirme la puissance des rimes et répétitions internes – un phénomène bien connu, même si la psychologie cognitive ne l’explique encore pas tout à fait[2].

Michel Le Séac’h

Photo : François Mitterrand en 1981 par Jacques Paillette, via Wikimedia Commons



[1] Cf. Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, 2015, p. 188.
[2] Idem, p. 218.

vendredi 28 octobre 2016

Les petites phrases alimentent l’essor de YouTube

Alphabet devrait-il subventionner les petites phrases ? Le groupe, maison-mère de Google et de YouTube, vient d’annoncer pour le troisième trimestre 2016 des résultats financiers en hausse de 27 % d’une année sur l’autre. Une bonne partie de sa réussite est due au site de vidéos YouTube.

Après l’avoir racheté voici dix ans, Google s’est attaché à faire de YouTube un site beaucoup plus carré, pourchassant les copies de films pirates et les contenus injurieux, violents ou pornographiques (au risque de tomber dans le politiquement correct, mais c’est une autre histoire). YouTube est devenu un support publicitaire de première importance, notamment auprès des jeunes, et a très bien réussi son adaptation au smartphone.

L’élection présidentielle américaine aura été un triomphe pour le site : les recherches en rapport avec la campagne électorale qui s’achève ont été multipliées par six par rapport à celles de 2012. Pendant et après le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, les utilisateurs du site ont regardé 88 millions de vidéos. Les consultations ont bondi à 124 millions pour le second débat et plus de 140 millions pour le troisième. En moyenne, les utilisateurs ont visionné les débats pendant 22 minutes, c’est-à-dire qu’une grande partie d’entre eux n’en ont regardé que des extraits – parfois très brefs.

Les internautes recherchent notamment les vidéos des petites phrases ("sound bites") dont Donald Trump a émaillé la campagne. Et quand ils regardent les vidéos mises en ligne par le camp démocrate… ils y retrouvent souvent les petites phrases de Donald Trump ! L’équipe internet de Hillary Clinton, qui compte une centaine de personnes, s’est attachée à prélever les formules les plus contentieuses du candidat républicain pour les utiliser contre lui, comme dans cette publicité politique où Donald Trump est présenté comme un mauvais exemple pour les enfants.

Les vidéos satiriques et humoristiques autour des petites phrases de l’un ou l’autre candidat sont aussi très recherchées sur YouTube, comme cette parodie de La Guerre des étoiles garantie « fabriquée à 100 % avec des petites phrases authentiques de Donald Trump », vue près de 4,4 millions de fois en onze mois.

La conclusion est claire : pour soutenir leur croissance future, YouTube, Google et Alphabet ont tout intérêt à encourager l’utilisation des petites phrases chez le personnel politique !


Michel Le Séac’h 

lundi 24 octobre 2016

« Ça va mieux » : la petite phrase pas assez crédible de François Hollande

François Hollande est plus réputé pour ses petites blagues (« Gouverner c’est pleuvoir »….) que pour ses petites phrases[1]. Il s’essaie néanmoins à celles-ci. Gérard Davet et Fabrice Lhomme racontent dans Un président ne devrait pas dire ça… (Stock) la genèse de son « ça va mieux », qu’ils qualifient eux-mêmes de « petite phrase ». La formule date du 14 avril dernier. Le président de la République cherchait à défendre son bilan au cours de l’émission Dialogues citoyens sur France 2.

Ce n’était pas une parole en l’air : elle avait été pensée avec soin. Davet et Lhomme assurent que le président de François Hollande l’avait testée auprès d’eux dès le mois de juin 2015 puis, à quatre reprises, lors d’un même entretien en octobre 2015. « Avec le recul, il est permis de se demander si, bien involontairement, on ne lui a pas permis, ce jour-la, de synthétiser son discours positif en une formule », conjecturent-ils.

Ils reproduisent ensuite le commentaire livré par François Hollande lui-même : « Je ne l'improvise pas, je l'avais préparée, nous confirme-t-il quelques semaines plus tard. On dit : "Comment ça va ?" Et on répond : "ça va mieux." J'ai eu conscience que cela pouvait heurter, une formule comme celle-là, notamment pour beaucoup, la majorité peut-être, qui considèrent que ça ne va pas forcement mieux pour eux. Ce n’est pas "vous allez mieux", qui là aurait été inopportun, c'est "ça", quelque chose de plus global, de plus impersonnel. La politique, c'est un message. Un slogan Le meilleur slogan, c'est celui qu'on trouve tout seul, qui correspond à ce que l’on ressent. »

Une petite phrase sert à marquer les esprits. Tel était bien l’objectif de François Hollande, cité à nouveau par Davet et Lhomme : « Qu'est-ce qu'on retiendra de cette émission ? Le "ça va mieux", se félicite-t-il encore. Et le fait est que c'était un point de départ Ce que je voulais, c'est que cette émission corresponde à une séquence. » Mais avait-il vraiment lieu de s’en féliciter ?

Une petite phrase bien répétée mais mal acceptée

Pour qu’une petite phrase s’impose dans l’opinion, il faut d’abord qu’elle soit répétée. François Hollande le sait : dans les semaines suivantes, il a repris la sienne à plusieurs reprises, par exemple le 17 mai sur Europe 1, et l’a fait propager par ses proches et le parti socialiste. Cela n’a pas échappé à BFM TV, qui y a vu « une phrase-clé de la stratégie du Président » et même « le nouvel axe de campagne de François Hollande ».« Cette phrase s’est muée en leitmotiv gouvernemental », notait à son tour Europe 1 début septembre.

François Hollande a en revanche oublié une autre condition : pour qu’une petite phrase s’impose, il faut aussi qu’elle soit compatible avec l’état d’esprit du public. Comme le révèle son commentaire à Davet et Lhomme (voir plus haut), il savait que sa formule allait choquer. Il est quand même allé au casse-pipe la fleur au fusil ! La dissonance cognitive est fatale. Là était bien le défaut originel du « ça va mieux » : un sondage BVA révélait fin mai que 84 % des Français n’y croyaient pas. Peut-on à l’aide d’une petite phrase inverser un tel score, même avec l’aide de faits objectifs ? « Retrouver collectivement le goût de l'avenir, ce n'est pas dire aux Français qu'ils ont une perception fausse de leur présent », soulignait à juste titre Emmanuel Macron dans un entretien avec le Journal du Dimanche début septembre.

Il s’en est même fallu de peu que la petite phrase devienne une « petite antiphrase ». « La phrase "Ça va mieux" est-elle devenue un slogan contre le président de la République ? » demandait rhétoriquement Marie-Pierre Haddad sur le site de RTL. « Les Français ne sont pas de son avis. Quelques instants après son intervention à la télévision, le hashtag #Cavamieux est apparu sur les réseaux sociaux. La phrase a été détournée par les internautes qui se sont empressés de rappeler les débordements dus à la loi Travail avec la photo d'un CRS frappant au ventre une femme, mais aussi les chiffres du chômage. Fabrice Luchini qui se définit comme quelqu'un de "centre droit",  confie dans un entretien au Journal du Dimanche qu'"il faut qu'Hollande arrête de dire que ça va mieux, parce que les gens ne le vivent pas comme ça". »

Heureusement pour François Hollande, cet effet négatif n’a pas été très prononcé – tout simplement parce que sa petite phrase n’a guère été remarquée au-delà du cénacle des commentateurs politiques. Google Trends (ci-dessous) ne révèle qu’une faible hausse des recherches sur l’expression « ça va mieux » dans les semaines suivant le 14 avril, avec un point culminant seulement un mois plus tard et un net recul ensuite. Lui qui déplore n’avoir « pas eu de bol », il a plutôt eu de la chance de s’en tirer cette fois à si bon compte.


Michel Le Séac'h


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Eyrolles, Paris, 2015, p. 59 s.