29 décembre 2023

Jacques Delors, l’homme sans petites phrases

Quand meurt un homme politique de premier plan, la presse publie des florilèges de ses petites phrases. Ce n’est pas le cas pour Jacques Delors (1925-2023), disparu ce mercredi. Malgré ses hautes responsabilités, ses déclarations qualifiées de « petites phrases » sont rares. Et pour cause : il n’a pas vraiment été un leader politique. « Jacques Delors n'a jamais participé au jeu des petites phrases, ni à construire une carrière personnelle », témoigne Sébastien Vincini, président du conseil départemental de la Haute-Garonne[i].

Il ne décroche d’ailleurs personnellement, à 57 ans, qu’un seul mandat électif, celui de maire de Clichy, poste qu’il occupe moins de deux ans (il est aussi pendant deux ans député européen, élu sur une liste socialiste). Pourtant, on voit souvent en lui un candidat naturel pour Matignon ou pour l’Élysée. Lui-même y pense sans tenter l’aventure. En revanche, il est placé pendant dix ans à la présidence de la Commission européenne par les chefs d’État et de gouvernement européens. Auxquels il voue une estime apparemment limitée, les désignant collectivement comme « les chefs » dans ses Mémoires[ii]. Un ouvrage où, écrit La Croix, il « se montre fidèle à sa réputation : austère, pédagogue, égrenant un discours de la méthode. L'amateur de petites phrases assassines fera maigre récolte sauf quand il s'agit de Jacques Chirac ou du Parti socialiste. »


Personnellement, il serait plutôt dans le registre du slogan, de la maxime ou de l’apophtegme. Les petites phrases, d’ailleurs, il les déteste explicitement. En 1978, visant son collègue socialiste Gaston Defferre, il déclare sur France-Inter : « Les petites phrases empoisonnées, ça peut faire la "une" des journaux, ça peut ravir vos adversaires politiques, mais ça ne fait en aucun cas progresser le débat politique[iii]. » Après avoir fait réaliser en 1993 un « livre blanc » sur la croissance européenne, il s’offusque de l’accueil que les « chefs » lui réservent :

nous entrons dans le royaume des petites phrases, qui font d’autant plus mal que chacun s’acharne à n’en souligner que l’effet destructeur. […] Ce que, depuis quarante ans, deux graves crises n’ont pas réussi, c’est-à-dire tuer la construction européenne, une série de petites phrases et d’incidents diplomatiques mineurs vont-ils y parvenir ? Non pas par un coup de poignard, mais par un processus de mort lente, nourrissant des sentiments réciproques de méfiance ? […] Alors, messieurs les responsables de tout bord, arrêtez le massacre, renoncez à vos petites phrases parfois liées à vos arrière-pensées de politique intérieure ! Le mal que vous faites est sans rapport avec les petits profits domestiques que vous tirez de vos coups de coude pour écarter un concurrent, ou de vos coups de menton, la nostalgie étant pour vous toujours ce qu’elle était[iv].

« Jacques Delors est une personnalité qui sait communiquer sans toujours être compris », écrit Dominique Wolton dans une sorte d’oxymore[v]. Sa mauvaise maîtrise des petites phrases et de leurs sous-entendus pourrait en être la cause. « Le budget de 1985 sera d'une rigueur sans commune mesure avec celui de 1984 », déclare-t-il un jour à l’Assemblée nationale. Il doit vite revenir sur le sujet : « Sa petite phrase sur le budget 1985 avait en effet donné lieu à un contresens important, chacun comprenant que les impôts allaient être de nouveau alourdis[vi]. » En réalité, Jacques Delors songe surtout à limiter les dépenses de l’État – et surtout les choix fiscaux ne sont pas encore arrêtés.

Ce flou financier peut coûter cher. En 1987, alors que se profile une grave crise monétaire, Jacques Delors lâche devant l'Assemblée européenne de Strasbourg cette déclaration aussitôt qualifiée de « petite phrase » : « Faute d'obtenir plus de croissance en Europe, les États-Unis feraient pression par la baisse du dollar. Ne vous faites pas d'illusions : les Américains sont prêts à le faire tomber à 1,60 DM. » Les conséquences sont immédiates, relate Le Monde : « Effet bœuf sur le marché des changes, déjà perturbé et où les banques centrales devaient consacrer plusieurs milliards de dollars, mercredi soir (l'effet Delors) et jeudi pour essayer d'enrayer la chute du billet vert[vii]. » Certains s’étonnent : chacun sait que les petites phrases monétaires sont lourdes de conséquences et l’on comprend mal qu’un ancien ministre de l’Économie ait pu commettre un tel impair.

Ni Matignon ni l’Élysée

Jacques Delors tente aussi quelques petites phrases concernant sa propre carrière politique. « Des choses importantes vont se passer à Paris, il faut en être », dit-il, mystérieux, à des journalistes, un jour de 1983, pour expliquer son départ de Bruxelles en pleine négociation monétaire. « Une petite phrase qui alimente les rumeurs sur la succession de Pierre Mauroy », écrit Catherine Nay[viii]. Mais un coup d’épée dans l’eau : contrairement à ce que Jacques Delors a cru, Mitterrand ne lui propose pas Matignon et le renvoie poursuivre la négociation à Bruxelles.

Les relations avec Mauroy n’en sont pas améliorées. En 1989, le maire de Lille s’agace des critiques que lui adressent Jacques Delors et Jean-Pierre Chevènement. « Je sais ce que les militants attendent », déclare-t-il. « Ce ne sont pas des querelles de chefs ni des affrontements d'ambition, pas davantage que des règlements de comptes ou ces petites phrases assassines qui ne font de mal qu'à leurs auteurs, tantôt irresponsables, tantôt assassines, souvent médiocres, toujours nuisibles pour le Parti socialiste[ix]. »

En 1993, Jacques Delors caresse l’idée de se présenter à l’élection présidentielle de 1995. Mais, déjà, certains pointent les faiblesses de sa personnalité : « Il faudrait enfin que M. Jacques Delors révèle des qualités qu'il a, jusqu'à présent, soigneusement cachées, celles qui sont nécessaires à qui se trouve en position de conduire une campagne électorale. Si personne ne peut contester qu'il ait l'étoffe d'une présidentiable, il n'a peut-être pas les ressorts qui feraient de lui un bon candidat[x]. » Fin août 1993, il déclare au journal de France 2 que, « comme Édouard Balladur », il n’est pas candidat à l’élection présidentielle de 1995 : « Édouard Balladur s'occupe des affaires de la France moi je m'occupe des affaires de l'Europe, qui ne va pas mieux[xi]. » Mauvaise pioche : finalement, Balladur est candidat. Pas lui.

La classique opposition entre petites phrases et débat de fond

Le jeu politique, Jacques Delors préfère finalement l’esquiver. Après avoir laissé planer une intention de candidature, il renonce finalement, à l’étonnement de beaucoup. Sa campagne aurait été « l’occasion d’un cours d’instruction civique à l’usage des citoyens, en général, et des militants de gauche, en particulier » ironisent les auteurs du Rendez-vous manqué[xii]. Avant de quitter la scène, cependant, il fait durer le suspense : il déclare qu’il « a pris sa décision », mais ne dit pas laquelle. « Sa "petite phrase" n'avait vraisemblablement pas d'autre but que de répondre au soupçon d'indécision qu'il encourait », estime Le Monde, qui soupçonne qu’elle vise surtout à se donner encore quelque temps pour décider[xiii]. Une situation qui, selon certains, prépare la défaite de Lionel Jospin face à Jacques Chirac en 1995.

« À quoi sert une campagne électorale sinon à débattre du fond ? Et pas simplement des petites phrases et des injures », demande-t-il sur France 2 en 1997[xiv]. Opposer les petites phrases au débat de fond est classique. Pourtant, le think tank Notre Europe – Institut Jacques Delors, du nom de son fondateur, est moins catégorique quand il se penche sur une polémique européenne : « Dans un tel exercice, le ton indigné des interventions et le jeu des petites phrases, qui en font toute la saveur, l’emportent presque toujours sur le fond du débat. Ce qui ne gêne personne, mais permet aux protagonistes de mieux se situer dans le jeu politique du moment[xv]. »

Par exception enfin, Jacques Delors revendique lui-même une petite phrase, une seule : « On ne tombe pas amoureux d’un grand marché »[xvi] (certains l’en créditent sous la forme « On ne tombe pas amoureux d’un marché unique »). Peu romantique, elle est handicapée par sa construction : le cerveau ne comprend pas toujours bien les négations. Et surtout, elle est directement dérivée d’un slogan fameux de mai 68 : « On ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance »[xvii].

Michel Le Séac’h

Photo de Jacques Delors en 2010 : ©European Parliament/Pietro Naj-Olear, licence CC BY-NC-ND 2.0 DEED


[i] Benjamin Bourgine, « Mort de Jacques Delors : "altruiste", "pilier de la gauche, "exigeant"... les réactions en Occitanie », France Bleu Occitanie, 27 décembre 2023, https://www.francebleu.fr/infos/politique/mort-de-jacques-Delors-les-reactions-en-occitanie-9735932

[ii] Jacques Delors, Jean-Louis Arnaud, Mémoires, Plon, 2004.

[iii] Thierry Pfister, « M. Rocard invite à plus de sang-froid ses amis du P.S. », Le Monde, 27 novembre 1978, https://www.lemonde.fr/archives/article/1978/11/27/m-rocard-invite-a-plus-de-sang-froid-ses-amis-du-p-s_2996071_1819218.html

[iv] Jacques Delors, « Ils vont tuer l’Europe », Le Nouvel Observateur, 5 octobre 1995, https://www.vie-publique.fr/discours/224092-jacques-Delors-05101995-pour-un-conseil-de-securite-economique

[v] Jacques Delors, Dominique Wolton, L' Unité d'un homme : Entretiens avec Dominique Wolton, Odile Jacob, 1994.

[vi] A.V., « Les particuliers et les entreprises paieront moins d'impôts l'année prochaine, a redit M. Jacques Delors, dimanche 6 mai à Europe 1 », Le Monde, 8 mai 1984, https://www.lemonde.fr/archives/article/1984/05/08/aucun-arbitrage-definitif-ne-sera-rendu-avant-juin_3011438_1819218.html

[vii] « La tempête », Le Monde, 1er novembre 1987, https://www.lemonde.fr/archives/article/1987/11/01/la-tempete_4079487_1819218.html

[viii] Catherine Nay, Les sept Mitterrand, Grasset, 2014

[ix] « Après les critiques de MM. Delors et Chevènement M. Pierre Mauroy dénonce les "petites phrases nuisibles" pour le Parti socialiste », Le Monde, 20 décembre 1989, https://www.lemonde.fr/archives/article/1989/12/20/apres-les-critiques-de-mm-Delors-et-chevenement-m-pierre-mauroy-denonce-les-petites-phrases-nuisibles-pour-le-parti-socialiste_4160151_1819218.html

[x] « Il est minuit, docteur Delors... L'usure qui atteint le pouvoir donne sa chance au président de la Commission européenne. Mais n'est-il pas trop tard? », Le Monde, 6 septembre 1991, https://www.lemonde.fr/archives/article/1991/09/06/il-est-minuit-docteur-Delors-l-usure-qui-atteint-le-pouvoir-donne-sa-chance-au-president-de-la-commission-europeenne-mais-n-est-il-pas-trop-tard_4039337_1819218.html

[xi] Devant le club Témoin réuni à Lorient Jacques Delors appelle les partisans de l'Europe à agir ensemble, Le Monde, 31 août 1993, https://www.lemonde.fr/archives/article/1993/08/31/devant-le-club-temoin-reuni-a-lorient-jacques-Delors-appelle-les-partisans-de-l-europe-a-agir-ensemble_3938113_1819218.html

[xii] François Bazin et Joseph Macé-Scaron, Le Rendez-vous manqué. Les fantastiques aventures du candidat Delors, Grasset, 1995.

[xiii] « Cherchant à justifier la compétition au sein du RPR Les chiraquiens exploitent le doute sur la candidature de M. Delors », Le Monde, 9 décembre 1994, https://www.lemonde.fr/archives/article/1994/12/09/cherchant-a-justifier-la-competition-au-sein-du-rpr-les-chiraquiens-exploitent-le-doute-sur-la-candidature-de-m-Delors_3845055_1819218.html

[xiv] Entretien avec Bruno Masure, Arlette Chabot et Annette Ardisson, France 2, 2 mai 1997, https://www.vie-publique.fr/discours/229388-jacques-Delors-02051997-les-conditions-de-l-elargissement-de-l-ue

[xv] Jean-Louis Arnaud, « L’état du débat européen en France à l’ouverture de la présidence française », Etudes et Recherches n°10, juillet 2000, https://institutDelors.eu/wp-content/uploads/2018/01/etud10-fr.pdf

[xvi] Discours de Jacques Delors devant le Parlement européen (17 janvier 1989), Bulletin des Communautés européennes, 1989, n° Supplément 1/89, https://www.cvce.eu/obj/discours_de_jacques_delors_devant_le_parlement_europeen_17_janvier_1989-fr-b9c06b95-db97-4774-a700-e8aea5172233.html

[xvii] https://www.dicocitations.com/citation_historique_ajout/516.php

02 décembre 2023

Petites phrases : le rattachement importe plus que le détachement

Les petites phrases, considère-t-on souvent, sont issues d’un phénomène de « détachement ». Elles font partie de ce que le professeur Dominique Maingueneau appelle dans un livre fondateur les « phrases sans texte »[i]. Le détachement suppose une « détachabilité », une capacité d’un fragment à exister seul, mais aussi une « saillance », un caractère remarquable, voire une « surassertion », une mise en évidence par différents moyens comme sa place dans le discours ou la manière de le prononcer.

Les définitions de la « petite phrase » donnent pour la plupart un caractère central au détachement. Pour Alice Krieg-Planque, elle est « un énoncé que certains acteurs sociaux rendent remarquable et qui est présenté comme destiné à la reprise et à la circulation »[ii]. Pour Henri Boyer et Chloé Gaboriaux, c’est « un segment de taille variable, emprunté à un ensemble discursif plus long »[iii] ». Pour Damien Deias, auteur de la première thèse sur le sujet[iv], c’est « un fragment de discours […] ayant subi un détachement fort pour être cité dans un texte ». Pour le Larousse en ligne, c’est une « courte phrase détachée des propos tenus en public par une personnalité[v] ». En revanche, le détachement ne figure pas dans les définitions établies par l’Académie française en vue d’illustrer les articles « Petit » et « Phrase »[vi].


Plusieurs raisons incitent cependant à relativiser le rôle du « détachement » dans la genèse d’une petite phrase.

  • Bien entendu, il n’est pas spécifique aux petites phrases. Le détachement produit une citation, une « phrase sans texte » générique. Toute citation implique que celui qui cite l’a jugée saillante (il l’a remarquée) et détachable. 
  • Les petites phrases ne sont pas toujours détachées d’un discours, ni d’un texte plus long. Couramment, on désigne aussi comme telles des exclamations isolées (« Casse-toi pauv’ con »…), des passages de conversation (« Je traverse la rue »…), des répliques lors de débats (« Je vis avec un homme déconstruit et je suis très heureuse »…), des tweets (« le lien entre l’Église et l’État s’est abîmé, il nous incombe de le réparer »), etc. L'origine d’une petite phrase, vite oubliée dans bien des cas, ne fait pas partie de son contenu implicite, sauf circonstances particulières (le débat présidentiel de « Vous n’avez pas le monopole du cœur », par exemple).
  • Le détachement n’est pas toujours précédé d’une surassertion. Les quatre petites phrases d’Emmanuel Macron auxquelles le professeur Arnaud Mercier attribue le déclenchement de la crise des « Gilets jaunes » en 2018[vii] (« Je traverse la rue, je vous trouve du travail », « Des Gaulois réfractaires au changement », « On met un pognon de dingue dans des minima sociaux », « Des gens qui ne sont rien ») n’ont pas de caractère saillant dans les discours du président de la République. En fait, elles ne deviennent saillantes que parce qu’elles sont détachées.
  • Ce qui est détaché n’est pas toujours ce qui est surasserté (comme le note le professeur Maingueneau). « Ne vous demandez pas ce que le pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le pays », enjoint Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, dans un discours du 27 août 2015. La formule est surassertée par nature : c’est la traduction fidèle du passage le plus célèbre du discours d’investiture du président John F. Kennedy, le 20 janvier 1961 (« Ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country »). La presse ne peut la manquer. Or c’est une autre phrase du ministre qui est expressément qualifiée de « petite phrase »[viii] : « La gauche a pu croire que la France pourrait aller mieux en travaillant moins ».
  • Fréquemment, la petite phrase ne provient pas du détachement lui-même, ou pas du détachement seul, mais d’une modification subie par le fragment détaché. Il est assez souvent tronqué. « Je n’ai pas étudié spécialement la question, mais je crois que c’est un point de détail de la Deuxième Guerre mondiale », déclare Jean-Marie Le Pen lors d’un entretien radiophonique en 1987. La phrase circule aussitôt sous la forme : « Les chambres à gaz sont un détail ».
  • Il arrive même que le fragment soit reformulé pour devenir détachable, voire pour devenir saillant. On a imputé à Nicolas Sarkozy d’avoir présenté l’immigration comme une « fuite d’eau », alors que l’expression est absente du discours incriminé[ix].
  • Plus rarement, des petites phrases ne sont pas seulement détachées mais traduites d’une langue étrangère, avec les risques afférents à une traduction. La formule « NATO is becoming brain dead » d’Emmanuel Macron, est devenue « l’OTAN est en état de mort cérébrale » au lieu de « va vers la mort cérébrale ».
  • Certaines petites phrases ne sont pas des détachements mais des parodies. « La vie d’un entrepreneur, elle est bien souvent plus dure que celle d’un salarié », assure Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie à Jean-Jacques Bourdin le 20 janvier 2016. Le même jour, dans un tweet de RMC, sa déclaration est rendue saillante sous cette forme : « la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié ». Vingt-quatre heures plus tard, sur l’internet, la formule inexacte est citée neuf fois plus souvent que la formule exacte[x].

Le détachement ne peut donc pas être considéré comme un caractère essentiel de la petite phrase. Il en va autrement de son attachement ‑ ou son rattachement ‑ à un auteur. Une petite phrase provient d’un auteur, réel ou supposé. Son sens implicite n’est compréhensible qu’en relation avec celui-ci – y compris s’il ne l’a pas voulu. L’auteur et la phrase forment un couple indissociable, sans divorce possible. « Un détail de la Seconde Guerre mondiale » n’est rien sans Jean-Marie Le Pen, « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux » n’est rien sans Emmanuel Macron. Quand le dicton ou la maxime cherchent à exprimer une vérité permanente, la petite phrase n’existe qu’en rapport avec son auteur et le public qui l’interprète. Elle est un logos qui n’existe qu’en fonction d’un ethos et d’un pathos.

Michel Le Séac’h

Illustration : Jefferson Bible, National Museum of American History Smithsonian Institution, CC BY-NC-SA 2.0 DEED, https://www.flickr.com/photos/nationalmuseumofamericanhistory/6329719765


[i] Dominique Maingueneau, Les Phrases sans texte, Paris, Armand Colin, 2012, p. 11-13.

[ii] Alice Krieg-Planque, « Les "petites phrases" : un objet pour l’analyse des discours politiques et médiatiques », Communication & langages, n° 168, juin 2011, p. 23-40. https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2011-2-page-23.htm, consulté le 7 août 2021.

[iii] Henri Boyer et Chloé Gaboriaux, « Splendeurs et misères des petites phrases », Mots – Les langages du politique, n°117, juillet 2018.

[iv] Damien Deias. Les petites phrases en politique : analyse d’un phénomène médiatique. Linguistique. Université de Lorraine, 2022. Français. ‌NNT : 2022LORR0181‌.

[v] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/phrase/60532/

[vi] Voir dans ce blog « Une petite phrase a un auteur, l’Académie française n’est pas seule à l’oublier »,  28 octobre 2022, https://www.phrasitude.fr/2022/10/une-petite-phrase-un-auteur-lacademie.html

[vii] Arnaud Mercier, « "Gilets jaunes" contre Macron : aux racines de l’incommunication », The Conversation, 3 décembre 2018, https://theconversation.com/gilets-jaunes-contre-emmanuel-macron-aux-racines-de-lincommunication-108048

[ix] Voir dans ce blog le cas de la « fuite d’eau » de Nicolas Sarkozy, « Fuite d’eau, la petite phrase pas dite mais entendue quand même », https://www.phrasitude.fr/2015/06/fuite-deau-la-petite-phrase-pas-dite.html.

[x] Voir dans ce blog « "La vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié" : une petite phrase involontaire d’Emmanuel Macron », 21 janvier 2016, https://www.phrasitude.fr/2016/01/la-vie-dun-chef-dentreprise-est-bien.html.