mardi 16 février 2021

« Petites phrases, grandes conséquences » : François Hollande et Emmanuel Macron au crible de LCP

Après la droite (des citations de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy), la gauche : LCP est revenu lundi 15 février sur des petites phrases de François Hollande et d’Emmanuel Macron. Ce deuxième volet est intitulé « La gauche contre le peuple ». « Si le protégé a trahi son mentor, tous deux ont en commun d’avoir été pris en défaut par leurs petites phrases, accusés de mépris envers les plus pauvres », estime d’emblée le documentaire de Thomas Raguet.

La phrase de François Hollande est assez inhabituelle en son genre puisqu’on ne l’a jamais entendue dans la bouche de son auteur supposé. On ne la connaît que par un témoignage de son ex, Valérie Trierweiler, auteure de Merci pour ce moment (Les Arènes, 2014). Un livre que le documentaire présente comme « trois cents pages de règlement de comptes privés ». Cette phrase n’est d’ailleurs qu’une simple formule[1] « les sans-dents ».

Pourquoi l’avoir tenue pour représentative de la pensée de François Hollande ? Pour accomplir les promesses du titre du documentaire, peut-être. « Moi je n’ai jamais entendu Hollande parler comme ça », affirme Bernard Poignant. Ancien député socialiste du Finistère, il est sûrement, parmi les témoins du documentaire, celui qui connaît le mieux l’ancien chef de l’État.

Quant à la puissance de cette formule, elle ne fait aucun doute. Elle est bien expliquée par le sémiologue[2] Denis Bertrand : « l’expression ‘sans-dents’ a la force des expressions figuratives, c’est-à-dire qu’elle donne à voir. Elle énonce un thème, la pauvreté, non pas avec un concept comme la misère mais avec une image. » Une image qu’on peut comprendre de différentes manières : « la connotation, dans le contexte de François Hollande, c’est une connotation compassionnelle, alors que changée de contexte, ça devient une connotation méprisante ».

Le choix du mépris

Mais qui décide de la connotation d’une petite phrase ? « Si les mots ont été prononcés en privé, l’expression dans sa bouche est crédible », estime Thomas Raguet. Pascal Perrineau, professeur à Sciences Po, va même plus loin : « si les leaders de gauche se mettent à parler comme ça, c’est peut-être pas par hasard ». Il évoque « une forme de mépris de classe », choisissant ainsi de confondre les deux « connotations » possibles de la phrase : la « connotation méprisante » appartiendrait directement à l’auteur de la petite phrase et pas seulement au public.

Centré sur les « sans-dents », le documentaire ne présente pas comme une petite phrase la citation a priori la plus fameuse de François Hollande : « mon ennemi, c’est la finance ». Il la considère comme un « programme ». Elle lui sert à contraster les intentions de la campagne présidentielle de 2012 et la formule propagée plus tard par Valérie Trierweiler. Il y aurait pourtant eu beaucoup à en dire, notamment pour sa déformation devenue presque systématique.

Car la déclaration exacte du candidat socialiste est : « Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. ». Pourtant, même des experts s’y trompent. « On verra ce qui restera de cette expression : ‘mon ennemi, c’est la finance’ », note Pascal Perrineau, tandis que Marilyse Lebranchu, ancienne ministre, évoque « la fameuse phrase ‘mon ennemi, c’est la finance ». La mutation de l’adversaire en ennemi, notamment, aurait pu révéler beaucoup sur la mécanique intrinsèque des petites phrases.

Nous sommes tous des illettrées

Emmanuel Macron était en principe conscient de la force des mots. « J'arrive tout auréolé d'une réputation qui m'est faite dans la presse », déclarait-il à l’Assemblée nationale le 27 août 2014, le lendemain de sa nomination au ministère de l’Économie. « Jugez-moi sur les actes et sur les paroles. » Pour ce qui est d’être jugé sur des paroles, il a été servi. « À coups de petites phrases, il dresse le portrait d’une certaine France un pays de gaulois réfractaires où les jeunes devraient avoir comme ambition de devenir milliardaires plutôt qu’être enclins à la fainéantise », résume le documentaire.

Lequel, pourtant, s’intéresse principalement à un mot (plutôt qu’à une phrase au sens grammatical) bien éloigné de ce tableau : « illettrées ». Reçu par Europe 1, Emmanuel Macron évoque le cas de Gad, un gros abattoir breton en faillite. Plus de deux mille salariés risquent de perdre leur emploi : « il y a dans cet abattoir une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées ! On leur explique qu'elles n’ont plus d’avenir à Gad et qu’elles doivent aller travailler à 60 km ! Ces gens n'ont pas le permis ! On va leur dire quoi ? » Dans la bouche du technocrate qu’était encore Emmanuel Macron trois semaines plus tôt, c’est un constat (pas forcément exact, d’ailleurs) qui lui sert à illustrer les difficultés de sa tâche.

De la bouche du ministre, la formule est reçue tout différemment sur le terrain. « Moi j’ai ressenti comme un deuxième coup de bâton à un moment où on n’en avait pas besoin », déclare Olivier Le Bras, alors délégué syndical de Gad. Ses collègues sont sur la même ligne. Ils prennent la déclaration du ministre comme une offense personnelle : « il nous parle comme si on était des moins que rien », « il nous insulte presque », « des choses comme il a dit, ça ne se dit pas ». Ce sentiment se répand même au-delà du personnel de Gad. « Je suis d’ici », s’émeut Marylise Lebranchu. « Les deux pieds dans cette terre qui est très touchée par la crise de l’agro-alimentaire et de Gad en particulier. Le matin, j’entends cette phrase comme un coup énorme et pour moi un coup dans le dos. La phrase, elle est d’une violence inouïe. »

Là encore, c’est la collision entre ces deux « connotations » antagonistes qu’il aurait été intéressant d’analyser. Mais le documentaire préfère prendre la petite phrase dans un sens compatible avec son titre. « Il y a toute une vérité d’Emmanuel Macron qui se dit dans ses petites phrases », commente Pascal Perrineau d’un air entendu. « Je pense pas que ce soit volontaire, le fait qu’il sorte des petits trucs comme ça. Quoique… », soupèse avec plus de réserve une ancienne ouvrière de Gad, Joëlle Crenn.

Emmanuel Macron manque de métier

Quelques autres formules d’Emmanuel Macron (« la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler », « je traverse la rue, je vous trouve du travail », « on dépense un pognon dingue ») sont convoquées au passage pour parfaire le tableau d’un président « contre le peuple » ‑ c’est-à-dire parler de lui et non des petites phrases.

Mais c’est Bernard Poignant qui reformule le mieux le problème d’Emmanuel Macron. « Erreur de jeunesse, si je puis dire » estime-t-il à propos des « illettrées ». « Un vieux de la vieille en politique n’aurait pas parlé comme ça. Il aurait dit : ‘dans cette entreprise que j’ai visitée il y a des gens qui sont attachés à leur travail qui le font avec un grand professionnalisme mais il y a un certain nombre pour qui il faudrait une formation complémentaire de ceci cela’. Mais le mot illettré ça donnait l’impression qu’il traitait une entreprise d’illettrée. Et… ah bien, ça lui revient dans la gueule, quoi. »

Et le vieux notable socialiste d’enfoncer le clou : « Emmanuel Macron, c’est quelqu’un qui n’a pas fait d’élection locale. On a tous connu ça quand on est élu local. Vous devez apprendre à leur parler, à ces personnes. Qu’est-ce qu’aurait fait un Mitterrand ? ‘Je vous comprends, jeune homme, je vous comprends – et à un conseiller : prenez note, écrivez-moi, je vous aiderai. Voilà. Parce que il y a du travail’. » Déprimante leçon : à défaut de régler les problèmes, la langue de bois évite qu’ils ne se retournent contre vous.

Débat

Le débat qui a suivi le documentaire s’est efforcé de quitter le terrain du commentaire politique pour revenir au sujet des petites phrases. Il associait Laurianne Rossi, députée LREM venue du P.S., Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof et Renaud Dély, éditorialiste à France Info. Ce dernier a contesté discrètement le choix des « sans-dents » pour caractériser François Hollande. « Mon ennemi c’est la finance » lui aurait paru plus représentatif. « C’est cet extrait qui va rester et le porte jusqu’à l’Élysée », estime-t-il. « C’est le marqueur qui va coller à François Hollande tout au long de son quinquennat… qui va en quelque sorte plomber le quinquennat, plutôt que les sans-dents qui est une phrase privée, une trahison personnelle. »

Bruno Cautrès a cherché à mieux qualifier la mécanique des petites phrases : « Ce que je trouve intéressant dans ces petites phrases, c’est leur côté performatif, comme disent les linguistes. La phrase fait exister les choses. » Il a aussi mis le doigt sur le sujet capital de l’intrication entre petite phrase et leader : « Mon hypothèse est que dans la crise des Gilets jaunes, le détonateur a été allumé en juillet quand Emmanuel Macron a dit : s’ils veulent un responsable qu’ils viennent me chercher. Comme aller chercher le roi à Versailles. »

Les deux parties du documentaire sont disponibles sur LCP jusqu’au 7 janvier 2023. Il sera intéressant de les revoir après l’élection présidentielle de 2022 !

Michel Le Séac’h

Illustration : capture partielle d’un écran LCP


[1] Au sens qu’Alice Krieg-Planque donne à ce mot ; voir « La notion de ‘’formule’’ en analyse du discours, Cadre théorique et méthodologique », Besançon , Presses universitaires de Franche-Comté. 2009.

[2] Ainsi le documentaire le présente-t-il. On n’entrera pas dans le distinguo entre « sémiologue » et « sémioticien », mais Denis Bertrand est professeur de sémiotique générale à l’Université Paris VIII.

mardi 9 février 2021

« Petites phrases, grandes conséquences » : LCP ne fait qu’effleurer la surface

« Petites phrases, grandes conséquences » : pour qui s’intéresse aux petites phrases, le documentaire en deux volets de Thomas Raguet proposé par LCP était alléchant. La première partie diffusée lundi 8 février a-t-elle tenu les promesses de son titre ? Elle était intitulée « Petites phrases : dérapages contrôlés à droite ? ». Se placer sur l’axe gauche/droite, c’était mettre l’accent d’emblée sur le contenu politique et non sur la mécanique des petites phrases.

Capture d'écran LCP

Classique dans sa forme, avec une alternance d’images d’archives et de commentaires de personnalités, le documentaire était en réalité consacré à deux petites phrases seulement, l’une de Jacques Chirac, l’autre de Nicolas Sarkozy (même si l’on y voit au passage Jean-Pierre Raffarin déclarer que « the yes needs the no to win »). Toutes deux sont des cas intéressants dont on aurait pu tirer bien des leçons sur la mécanique des petites phrases.

Prologue à la première : en 1991, alors maire de Paris, le futur président de la République visite le quartier parisien de la Goutte d’or, en pleine rénovation. « Nous on fait pas tellement de bruit, souligne-t-il, mais dans les quartiers difficiles on se préoccupe d’installer des équipements de qualité pour les jeunes ». Quelques jours plus tard, devant une assemblée de militants RPR à Orléans, il déclare :

« Il faut mettre un moratoire au regroupement familial. Comment voulez vous que le travailleur français qui habite à la Goutte d’or, où je me promenais avec Alain Juppé la semaine dernière, il y a trois ou quatre jours, et qui travaille avec sa femme et qui ensemble gagnent environ 15.000 francs et qui voit sur le palier à coté de son HLM entassée une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses et qui gagne 50.000 francs de prestations sociales sans naturellement travailler, si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien le travailleur français sur le palier, il devient fou. Il devient fou. C’est comme ça et il faut le comprendre. Et si vous y étiez vous auriez la même réaction. Ce n’est pas être raciste que de dire cela »

Si vous ne connaissiez pas déjà la réponse, auriez-vous trouvé une petite phrase dans ce passage ? Au premier degré, on entend un homme politique dénoncer un cas ubuesque d’abus des prestations sociales ; on comprend que cet abus est rendu possible par le regroupement familial. 

Mais les commentaires se resserrent aussitôt sur l’accessoire, ce tout petit fragment : « le bruit et l’odeur ». Et surtout, beaucoup de gens ont le sentiment que Jacques Chirac, dans ce fragment, parle d’eux. Ils se sentent visés, littéralement : « on a un homme politique de première importance qui nous agresse, qui incite à la haine, parce que les mots sont des fusils chargés, et M Chirac nous a tiré dessus », commente Abdel Aïssou, président d’une association pour les droits civiques.

Il aurait été intéressant de se demander pourquoi un tout petit passage a été extrait d’une déclaration du maire de Paris, pourquoi il a suscité tant d’émotion, quelles leçons en tirer sur le rôle des petites phrases dans la relation entre peuple et dirigeant, sur la formation des identités, etc. Mais le documentaire s’oriente aussitôt sur le thème politique du racisme – sur le contenu implicite, réel ou supposé, délibéré ou accidentel, de la déclaration. Le phénomène de communication que constitue la sélection de quelques mots, le recentrage du discours sur un thème connexe et son amplification jusqu’à l’évocation d’une guerre civile verbale, n’est pas du tout analysé.

Une petite phrase désignée par ceux qui se sentent concernés

La deuxième petite phrase du documentaire est de Nicolas Sarkozy. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment une phrase mais une thématique balisée par deux mots, « Kärcher, » et « racailles », prononcés dans des circonstances comparables par leur lieu, des communes de la banlieue parisienne. En juin 2005, le ministre de l’Intérieur se rend à La Courneuve pour rencontrer la famille d’un enfant tué accidentellement dans un règlement de comptes. « On va nettoyer, au propre comme au figuré, la Cité des 4.000 », assure-t-il. Devant les parents de l’enfant et en présence d’une journaliste du Monde, il ajoute :  la « nettoyer au Kärcher ». Quelques semaines plus tard, Nicolas Sarkozy « récidive », dit le documentaire. Visitant Argenteuil en nocturne, il est conspué par un comité d’accueil hostile. Apostrophé par une habitante, il reprend le mot « racailles » qu’elle a utilisé : « Vous en avez assez, hein ? Vous avez assez de cette bande de racailles ? Ben on va vous en débarrasser. »

Là encore, au premier degré, ces exclamations n’ont rien de très remarquable. Elles évoquent plutôt les promesses verbales d’un politicien en campagne. Et elles ne comportent même aucun passage susceptible d’être isolé et transformé en petite phrase comme « le bruit et l’odeur ». Ce sont donc les mots « Kärcher » et « racaille » qui en font office ; désormais, ils seront souvent rattachés à Nicolas Sarkozy.

Et, là encore, certains se sentent visés. Stricto sensu, les propos du ministre de l’Intérieur désignent les délinquants de La Courneuve et quelques dizaines de manifestants d’Argenteuil. « Quand il dit racaille, je me sens visé parce que j’habite ici », s’exclame un jeune d’Argenteuil. D’autres élargissent encore plus. Le footballeur Lilian Thuram, pourtant étranger tant à La Courneuve qu’à Argenteuil (originaire de Guadeloupe, il a passé une partie de sa jeunesse à Fontainebleau), déclare : « moi, je suis pas une racaille, moi. Moi, ce que je veux, c’est bosser et sortir de la vie, mais pourquoi tout de suite me mettre ça sur la peau, non, c’est pas vrai. » Dès lors, beaucoup considèrent l’exclamation de Sarkozy comme un propos raciste de portée générale.

Plusieurs pistes intéressantes à peine esquissées

Beaucoup de petites phrases émergent ainsi d’un discours dont elles ne représentent que de loin le sens général, sélectionnées par un public auquel elles n’étaient pas destinées, lequel leur donne un sens de son choix, indépendamment de l’intention de leur auteur. Et cette transformation, habituellement spontanée et non manipulée, est rarement soumise à une analyse rationnelle : à preuve ce documentaire pour lequel les petites phrases semblent sorties toutes offenses dehors de la bouche de Jacques Chirac ou de Nicolas Sarkozy comme Dionysos de la cuisse de Jupiter. Parler des petites phrases sans s’interroger sur ce  mécanisme mystérieux, c’est ignorer une grande partie du sujet.

Il est vrai que les interlocuteurs choisis par Thomas Raguet ne pouvaient pour la plupart que l’entraîner dans cette voie. Leurs commentaires s’étagent du robinet d’eau tiède politiquement correct au règlement de compte personnel sous couvert de philosophie souriante. À une exception notable, Mams Yaffa, adjoint au maire du 18e arrondissement de Paris. Lui seul propose une amorce d’analyse du fonctionnement des petites phrases. Le documentaire s’ouvre sur l’un de ses commentaires (« souvent, ceux qui ont eu de belles petites phrases ont eu de grands destins ») et se clôt sur un autre (« le jour où je ferai une petite phrase c’est peut-être parce que j’aurai d’autres ambitions »). Signe probablement que Thomas Raguet a perçu leur intérêt et leur originalité. Il est dommage de ne pas avoir creusé davantage dans ces deux directions.

Le débat qui a suivi le documentaire est en bonne partie resté sur le terrain du commentaire politique. Aurélien Pradié, en professionnel de la politique (il est député LR), a néanmoins souligné certains rouages importants de la mécanique des petites phrases. Le mystère de leur naissance, d’abord (« des petites phrases on en prononce toute la journée, elles ont un impact ou elles n’en ont pas »). Leur rôle réel dans la vie politique (« ces phrases ont contribué au débat démocratique »). Et surtout, la manière dont, volens nolens, elles caractérisent leur auteur réel ou supposé (« la petite phrase, elle fonctionne si elle est cohérente avec le personnage »).

Quant à Soazig Quéméner, rédactrice en chef politique de Marianne, elle a souligné que certains hommes politiques préparent soigneusement leurs petites phrases, citant en exemple François Fillon. Elle a aussi amorcé une distinction intéressante entre les petites phrases les plus fracassantes selon la sincérité de leur auteur : « soit ils sont sincères et on peut les taxer de cynisme, soit ils ne sont pas sincères et ils sont d’un cynisme absolu » !

Le deuxième volet du documentaire, « La gauche contre le peuple », sera diffusée lundi 15 février à 20h30 sur LCP.

Michel Le Séac’h

mardi 2 février 2021

Quand Emmanuel Macron s’exprime sans rien dire

Selon un principe assez largement admis, le président de la République annonce les bonnes nouvelles et le Premier ministre les mauvaises. D’où un étonnement général quand, vendredi 29 janvier, Jean Castex n’a pas annoncé un troisième confinement face au covid-19 mais seulement quelques restrictions supplémentaires.

Dans les jours précédents, des rumeurs souvent attribuées à des membres du gouvernement ou à des proches d’Emmanuel Macron évoquaient pourtant un reconfinement probable. Voire certain : le Journal du Dimanche, pourtant pas tombé de la dernière pluie, s’y était laissé prendre, annonçant en Une un reconfinement imminent.

Les rumeurs semblent avoir redoublé après l’intervention de Jean Castex. Cependant, elles ont changé d’orientation : la décision aurait été imposée par Emmanuel Macron contre l’avis de son Premier ministre et de son ministre de la Santé. Mais au soulagement d’une majorité de Français, qui commençaient à râler sec. Le reconfinement paraissait tellement acquis que le non-reconfinement passe pour un allègement. Quand on a cru au pire, le moins pire semble un mieux. Et c’est au président de la République qu’il faut en être reconnaissant, insistent les « indiscrétions ». « Alors Emmanuel Macron tranche », écrit Le Figaro. « Ce ne sera pas pour cette fois. ‘Une décision de courage et d’intérêt général’ vante un proche du président[i]. »

L’urgence n’était pas là

Le tableau paraît un peu trop léché. Le reconfinement n’était pas vraiment dans les chiffres. Le nombre de nouveaux cas de covid-19 était pratiquement stable en France depuis le 12 janvier. Le nombre de décès, très légèrement ascendant depuis le 8 janvier, était de l'ordre de 430 par jour à la fin du mois, soit guère plus que la moyenne du mois de décembre et beaucoup moins qu’à la veille du premier confinement (près de 1.000 morts par jour).

Fallait-il tenir compte de nouvelles inquiétantes en provenance de l’étranger ? Même pas. Après un pic à près de 1.000 décès par jour vers le 12-13 janvier, le nombre de décès était en net recul en Allemagne, aux alentours de 700 par jour. Le nombre de nouveaux cas avait baissé de moitié entre Noël et la fin janvier. En Espagne, le nombre de nouveaux cas, en forte hausse sur les trois premières semaines de janvier, reculait nettement depuis le 22 janvier. Le nombre quotidien de décès, un peu plus de 300 en moyenne, était très inférieur en fin de mois à ceux du début novembre (plus de 800) et du début avril (plus de 900). L'Italie avait connu une forte reprise de l'épidémie en automne mais le nombre de décès journalier baissait lentement depuis son sommet, environ 740, début décembre. À fin janvier, il était de l’ordre de 450. Les nouveaux cas étaient presque deux fois moins nombreux qu'à la mi-novembre. Au Royaume-Uni, après une flambée alarmante début janvier, les nouveaux cas étaient deux fois mois nombreux à la fin du mois. Le nombre de décès suivait la même pente avec un décalage de quelques jours.

La petite phrase restée dans les limbes

Que se serait-il passé si Emmanuel Macron s’était exprimé lui-même ? Pure conjecture, bien entendu, mais vu l’ambiance, il y a fort à parier qu’on aurait déniché quelque petite phrase à lui reprocher, comme ces « 66 millions de procureurs » extraits voici quelques jours d’un discours sur la recherche en physique quantique. À ne rien dire, tout en faisant dire qu’il a agi, il joue la prudence.

Cela paraît raisonnable. À condition de ne pas en abuser, dirait probablement Francis Fukuyama. Décidément dégrisé quant aux vertus intrinsèques de la démocratie, celui-ci assurait voici quelques mois, dans un article très remarqué de The Atlantic à propos de la lutte contre le covid-19, que « ce qui importe en fin de compte n’est pas le type de régime mais le fait que les citoyens ont ou non confiance dans leurs leaders et que ces leaders dirigent un État compétent et efficace » (« What matters in the end is not regime type, but whether citizens trust their leaders, and whether those leaders preside over a competent and effective state ») [ii]. Pour regagner la confiance des Français, Emmanuel Macron devra tout de même se montrer quelquefois.

Michel Le Séac’h

P.S. Et voilà : dès qu'il a eu la possibilité d'annoncer une bonne nouvelle, dans la soirée du 2 février, Emmanuel Macron s'est empressé de « se montrer » en personne. Il l'a fait de la manière la plus factuelle possible, en laissant la main aux Français. Ils pourront se faire vacciner dans les prochains mois sans y être obligés : il n'est pas question de « 66 millions de vaccinés ». Et le 4 février, Jean Castex, au risque de détricoter à retardement la communication élyséenne, a expliqué n'avoir pas reconfiné parce que la situation sanitaire ne l'exigeait pas.

llustration : capture partielle d’écran, Déclaration du Premier ministre Jean Castex à l’issue du Conseil de défense Covid-19 du 29 janvier 2021, site de l’Élysée via YouTube.


[i] Arthur Berdah, François-Xavier Bourmaud et Mathilde Siraud, « Reconfinement : l’histoire secrète de la décision surprise de Macron », Le Figaro, 1er février 2021.

[ii] Francis Fukuyama, « The Thing That Determines a Country’s Resistance to the Coronavirus », The Atlantic, 30 mars 2020.

 

dimanche 31 janvier 2021

Petites phrases et métaphores

Beaucoup de petites phrases reposent sur une métaphore. Si l’on songe par exemple aux quatre déclarations d’Emmanuel Macron auxquelles on a imputé la fureur des Gilets jaunes, on trouve quatre métaphores. Un « Gaulois réfractaire » n’est pas un Celte qui échappe au STO. « Je traverse la rue » peut amener dans une autre ville. Le « pognon dingue » sort des caisses de l’État et non d’un asile d’aliénés. Les « gens qui ne sont rien » sont quand même quelqu’un. Au palmarès du président de la République, on peut citer aussi « le traité de Versailles de la zone euro », « les premiers de cordée », « l’Otan est en état de mort cérébrale », « le kamasutra de l’ensauvagement » ou « une nation de 66 millions de procureurs ».

Ce n’est pas nouveau. D’« Alea jacta est » au « monopole du cœur » en passant par « du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent » ou « les Français sont des veaux », les métaphores émaillent la vie politique. Sans elles, le bataillon des petites phrases se réduirait drastiquement.


Depuis la Poétique et la Rhétorique d’Aristote, on voit dans les métaphores une figure de style, un ornement du langage. Différents philosophes, linguistes et hommes de lettres français ont compris qu’elles étaient bien davantage. Ils ont noté en particulier leur étonnante fréquence. Quelques exemples :

  • Gabriel-Henri Gaillard dans Rhétorique française, à lu̓sage des jeunes demoiselles (Paris, Tenré, 1822) : « Combien de gens font des métaphores, depuis quarante ans et plus, ainsi que M. Jourdain faisait de la prose sans en rien savoir ? »
  • Antoine Varinot dans son Dictionnaire des metaphores françaises (Paris, Arthus Bertrand, 1818) : « Toutes les langues sont remplies de métaphores ; cette figure se répand jusques dans la conversation familière »
  • Nicolas Brussel dans ses Recherches sur la langue latine (Paris, 1750, Guillyn) : « l'on a actuellement en France un tel goût pour la Métaphore dans les conversations des personnes douées de quelque esprit, que presque rien n'y est dit sans Métaphore »
  • Jean-Charles-François Tuet dans Matinées sénonoises ou Proverbes françois… (Paris, 1789, Née de La Rochelle) : « Les métaphores proverbiales sont innombrables dans toutes les langues »

En réalité, les métaphores sont partout. Elles nous sont si naturelles qu’il nous a fallu longtemps pour nous en rendre compte, dans les années 1980, quand George Lakoff et Mark Johnson ont publié Les Métaphores dans la vie quotidienne[i]. Elles abondent dans toutes les langues, des plus parlées comme le chinois, langue « hautement métaphorique »[ii], aux plus locales comme l’ekegusii, une langue bantoue du Kenya[iii]. Dans la langue anglaise, elles représenteraient un mot sur huit.

Une métaphore est un phénomène cognitif et pas seulement esthétique. Elle soutient et contribue à modeler la pensée humaine en conceptualisant des domaines de connaissance vagues, abstraits (temps, causalités, orientation spatiale, idées, émotions, concepts de compréhension…) dans les termes d’une connaissance plus spécifique, familière et incarnée[iv]. Autrement dit, elle présente de l’abstrait avec les mots du concret. Ce faisant, elle influence insensiblement les raisonnements[v]. Lakoff et Johnson ont prolongé leur étude des métaphores jusqu’à proposer une nouvelle théorie de la vérité : une phrase serait « vraie » dans une situation où notre compréhension de la phrase concorde avec notre compréhension de la situation[vi]. Le cerveau a besoin de cohérence. Le problème d’Emmanuel Macron est que, sous cet éclairage, les « Gaulois réfractaires » ou le « pognon dingue » sont « vrais ».

Les métaphores, moyen d’incommunication

Bien avant Lakoff et Johnson, cependant, les métaphores ont pris une place dans les tests d’intelligence (dès 1916 pour le test Stanford Binet), les évaluations de l’état cognitif, les diagnostic de désordres psychiatriques, etc. En bref, ne pas comprendre des métaphores courantes signale un cerveau qui fonctionne mal.

Ou un fossé culturel. « Il faut que la métaphore soit tirée des choses qui conviennent non-seulement à l'orateur, mais au sujet, & même à l'auditeur », constatait Baltasar Gibert au milieu du 18e siècle[vii]. Les métaphores n’ont de sens que si elles ont un public, un certain nombre de cerveaux qui les comprennent et les mémorisent à peu près de la même manière.

Ce qui peut se dire dans l’autre sens : ces formes omniprésentes érigent une barrière culturelle entre le groupe qui les comprend et les autres. « Chaque langue a des métaphores particulières qui ne sont point en usage dans les autres langues », notait César Chesneau Du Marsais [viii]en 1830 « […] Il est si vrai que chaque langue a ses métaphores propres & consacrées par l'usage, que si vous en changez les termes par les équivalents même qui en approchent le plus, vous vous rendez ridicule. » Certaines métaphores sont aussi propres à certaines religions[ix].

Beaucoup de petites phrases pourraient ainsi avoir un caractère identitaire : elles contribuent à définir le groupe qui les comprend et à exclure les autres. Le problème, c’est si les Gaulois réfractaires comprennent une chose alors que leur président a voulu en dire une autre...

Michel Le Séac'h

Illustration : Portrait de Rodolphe II en Vertumne par Giuseppe Arcimboldo (1590), domaine public

[i] George Lakoff et Mark Johnson, Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1986. Le titre original de l’ouvrage, Metaphors We Live By, est lui-même une métaphore en abyme ; il souligne que les métaphores contribuent à la composition de notre vie.

[ii] Xiaoxia Wang, « Le chinois - langage idéographique et métaphorique et l’intersubjectivité dans l’image de la poésie chinoise », Les Chantiers de la Création, 2008, n°1. https://doi.org/10.4000/lcc.139.

[iii] Aunga Solomon Onchoke et Xu Wen, « A Cognitive Analysis of Woman Metaphors in Ekegusii Language », Linguistics and Literature Studies 5(5), 2017, p. 344-353. DOI: 10.13189/lls.2017.050503. http://www.hrpub.org/journals/article_info.php?aid=6261

[iv] Agata Maltese, Lidia Scifo, Anna Fratantonio, Annamaria Pepi, « Linguistic Prosody and Comprehension of Idioms and Proverbs in Subjects of School Age », Procedia - Social and Behavioral Sciences, vol. 69, 24 décembre 2012, https://doi.org/10.1016/j.sbspro.2012.12.161

[v] Paul H. Thibodeau et Lera Boroditsky, « Natural Language Metaphors Covertly Influence Reasoning », PLOS ONE, 2 janvier 2013, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0052961

[vi] George Lakoff et Mark Johnson « Conceptual Metaphor in Everyday Language », The Journal of Philosophy, Vol. 77, n°8 (août 1980), p. 486.

[vii] Balthasar Gibert, La rhétorique, ou Les règles de l'éloquence, Paris, Huart & Moreau, 1749, p. 451.

[viii] César Chesneau Du Marsais, Des tropes, 1730.

[ix] Sabbagh, Toufic, La Métaphore dans le Coran, Paris, Adrien Maisonneuve, 1943.

mardi 26 janvier 2021

« 66 millions de procureurs » : saut quantique de la recherche de pointe à la petite phrase pour Emmanuel Macron

Rarement la presse française a été aussi unanime sur une qualification : « Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs » est une petite phrase.

Elle est extraite d’un discours de 38 minutes et plus de six mille mots prononcé à Saclay le 21 janvier 2021 par Emmanuel Macron. Son titre : « Présentation de la stratégie nationale sur les technologies quantiques ». Le lieu (275 laboratoires, 9 000 enseignants-chercheurs…), le sujet (des capacités de calcul presque infinies) et le budget (1,8 milliard d’euros) poussaient plutôt aux superlatifs. Ils n’ont d’ailleurs pas manqué : « l’un des viviers mondiaux de la connaissance », « troisième place mondiale des nations les plus performantes », « formidable vitalité en termes de création de startups, d'excellence aussi », etc.

Or l’essentiel de ce qui a été retenu de ce discours tient en un nombre et deux mots : « 66 millions de procureurs ». 

Emmanuel Macron ne les a pas lancés tout à trac. Il évoquait les incertitudes d’une stratégie de recherche dans un domaine encore très mal connu. Voici le passage intégral :

Et puis cette stratégie assume aussi la part de risques et d’erreurs. Et je le dis parce que ce qui va avec la défiance française c’est aussi cette espèce de traque incessante de l’erreur. Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. Ce n’est pas comme ça qu’on fait face aux crises ou qu’on avance. Et donc chacun fait des erreurs chaque jour. Celui qui ne fait pas d’erreur ou celle qui ne fait pas d’erreur c’est celui ou qui ne cherche pas, ou qui ne fait rien, ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille.

Ce propos est-il légitime ou pas ? Peu de commentaires s’arrêtent à cette question. Pour la plupart, ils ne portent ni sur les technologies quantiques, ni sur la recherche en général : ils portent sur Emmanuel Macron lui-même.

Récidive intentionnelle ?

Typique est celui d’Émilie Aubry sur France Culture : « C’est l’histoire d’un déplacement présidentiel qui n’aurait dû donner lieu qu’à des commentaires autour des mesures importantes annoncées, un débat sur des faits : 1,8 milliard d’euros  pour installer la France sur le podium des nations à la pointe de la recherche quantique » ‑ puis très vite : « sauf qu’entre temps, l’une de ces petites phrases à la fois anecdotique et signifiante dont nos présidents semblent avoir le secret et dont nous autres médias nous emparons avec délectation a soudain tout emporté sur son passage ». S’ensuit, sans plus d’égards pour le quantique, une demi-heure de débats autour de la petite phrase.

« Le genre de petite phrase », ajoute Émilie Aubry « dont on se demande toujours après coup si elle a été pensée ou non pour susciter un débat, rappelant ‘les Amish’, le ‘pognon de dingue’ et autre ‘traverser la rue pour trouver un boulot’… ». Le même soupçon de récidive intentionnelle est exprimé par d’autres, comme Sophie Vincelot, dans Gala : « Après ses polémiques "pognon de dingue" et "Je traverse la rue et je vous trouve un emploi", Emmanuel Macron a semble-t-il de nouveau goûté aux petites phrases chocs ». Et aussi, côté politiques, par Marine Le Pen (« Il y a au moins une chose qui ne change pas, c’est la propension d’Emmanuel Macron à vilipender les Français à tout bout de champ ») ou Jean Rottner (« Emmanuel Macron est revenu à cette tendance des petites phrases »)

Cercle vicieux

Le chef de l’État semble enfermé dans un corner fatal. Chaque fois qu’il s’exprime, la presse et les milieux politiques, mus par une sorte de biais de confirmation, cherchent la petite phrase. De plus, cette petite phrase, quoi qu'elle raconte au premier degré, est habituellement considérée comme un message sur son auteur lui-même. Elle révèle qu’il a « un problème avec le peuple » (Éric Ciotti) ou « un grave problème avec la démocratie » (Adrien Quattenens), qu’il « n’est pas à la hauteur de sa responsabilité » (Yannick Jadot) ou qu’il est « pontifiant, méprisant » (Robert Ménard).

L’épisode confirme une fois de plus le rôle majeur des petites phrases dans la vie politique – un rôle difficile à analyser car il met en jeu l’émotion. Elles s’attachent aux leaders, pour le meilleur ou pour le pire. Et une fois que le mal est fait, les seules métaphores qui viennent à l’esprit sont celles du dentifrice sorti du tube ou de la mayonnaise tournée.

Michel Le Séac’h

Illustration : copie d’écran YouTube en ligne sur le site de l’Élysée.

mardi 19 janvier 2021

Petites phrases et « confusion des scènes »

Damien Deias, de l’Université de Lorraine, dont un article sur « Les petites phrases en temps de pandémie » paru dans The Conversation a été reproduit ici, poursuit son travail sur les petites phrases. Il vient de publier dans la Revue Algérienne des Sciences du Langage une étude intitulée « De ‘Casse-toi pov-con’ à Jair Bolsonaro : la confusion des scènes dans le discours politique à l’ère de la communication numérique ».

Il y introduit le concept de « confusion des scènes », qui rebondit sur celui de « mise en scène de l’officiel ». Pourquoi confusion des scènes ? Parce que  d’un personnage politique on attend une certaine retenue dans ses déclarations publiques. Or, avec le développement des réseaux sociaux, on voit apparaître une « catégorie de petites phrases politiques, produites par des personnalités officielles, [qui] tendent à diffuser un contenu violent, à invectiver, à ridiculiser, à parodier, à choquer ». D’où cette définition : « La confusion des scènes, c’est la confusion de la voix officielle des Hommes politiques, et de la voix privée, de par l’usage d’une scénographie en décalage avec le cadre des discours politiques ».

Entre autres exemples, Damien Deias cite les moqueries de Jair Bolsonaro et de Recep Tayyip Erdogan à l’égard d’Emmanuel Macron, de Donald Trump à l’égard de Kim Jong-un ou de Rodrigo Duterte à l’égard du pape François. Mais la confusion des scènes touche aussi la vie politique française. Signe d’un développement du populisme ? Cette idée paraît insuffisante à l’auteur, qui cite, outre le « Casse-toi pov’ con » de Nicolas Sarkozy, des sorties de Valérie Pécresse ou d’Emmanuel Macron.

Quousque tandem…

Cette « nouvelle manière de communiquer » ne se résumerait pas à une « vulgarisation » du discours politique mais révélerait « un changement plus profond du mode de communication, du rapport au citoyen et au monde ». Un changement induit par la technologie. Car la confusion des scènes se serait « développée en concomitance avec la montée en puissance des médias numériques et des réseaux sociaux ».

Est-ce si sûr ? Bien avant l’invention de la locution « petites phrases », on parlait de « pointes », de « traits », de « saillies », termes qui dénotent une certaine brutalité du discours. La parole politique a souvent été violente, même en régime démocratique. Des générations de latinistes se sont exercés à traduire les Catilinaires de Cicéron. Leur incipit, l’une des petites phrases les plus célèbres de l’Antiquité, est franchement agressif : « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra » (« Jusques à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ? »). Le langage vulgaire du quotidien y fait irruption sur les travées du temple de Jupiter Stator devant le Sénat de Rome. La confusion des scènes pourrait être bien antérieure au développement des réseaux sociaux.

Michel Le Séac’h

Illustration : gravure de Jean-Baptiste Simonet d’après Jean-Michel Moreau le jeune, 1800, collections du British Museum, n° 759549001, sous licence CC BY-NC-SA 4.0

samedi 9 janvier 2021

Les élections présidentielles à pile ou phrase

LCP diffusera lundi 11 janvier à 20h30 la première partie d’un documentaire de Cécile Cornudet et Benjamin Colmon intitulé « Face à face pour l’Élysée ». Elle est consacrée aux débats télévisés entre François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing en 1974 et 1981, et au débat entre François Mitterrand et Jacques Chirac en 1988.

Le documentaire présente la mécanique des débats et les interminables négociations entre les équipes des candidats. En 1974, le marketing politique était focalisé sur le visuel. C’était un héritage du débat du 26 septembre 1960 entre John Kennedy et Richard Nixon. Les états-majors avaient lu et relu les pages de The Making of the President 1960 où Theodore H. White détaillait le bronzage de Kennedy, la chemise trop grande de Nixon, le gris trop clair du décor plusieurs fois peint et repeint, les éclairages dérangés par le piétinement des journalistes, etc.

Pour des Américains habitués aux émissions politiques radiophoniques, l’image était une grande nouveauté en 1960. On comprend qu’elle ait préempté les commentaires. En 1974, et a fortiori en 1981 et 1988, la télévision n’était plus si nouvelle pour les Français. Les mémoires n’ont pas été marquées par la couleur des cravates mais par trois petites phrases :

  • Vous n’avez pas le monopole du cœur (VGE en 1974)
  • C’est ennuyeux quand même que vous soyez devenu l’homme du passif (Mitterrand en 1981)
  • Mais tout à fait, monsieur le Premier ministre (Mitterrand en 1988)

Sorj Chalandon le rappelle avec force en commentant le documentaire de LCP dans le dernier numéro du Canard enchaîné (« Des hauts et débats », 6 janvier 2021) : « replongeons-nous avec curiosité dans le premier face-à-face télévisé de l’élection présidentielle française […] devenu l’exercice imposé de tout candidat à la magistrature. Et qui s’est bien souvent joué sur une petite phrase. Une formule choc, éprouvée lors des meetings ou balancée comme ça, réplique magique dans un moment d’état de grâce, faisant comprendre aux journalistes, aux états-majors et à la France entière que l’élection était presque gagnée ou quasiment perdue. »

Ainsi, le sort d’une élection présidentielle pourrait se jouer sur une petite phrase ! Mais si les petites phrases, certaines d’entre elles du moins, valent à des candidats élection « presque gagnée », n’est-il pas étrange qu’on persiste souvent à les considérer, dans leur ensemble, comme une nuisance anecdotique de la vie politique ?

Michel Le Séac’h

Illustration : débat télévisé Nixon-Kennedy en 1960, photo The Granger Collection via NDLA, licence CC BY-NC-SA 4.0