20 novembre 2021

« Petite phrase » : l’exploration d’un phraséologisme

Le site archives-ouverte.fr (HAL) a mis en ligne récemment « Le phraséologisme ‘’petite phrase’’ »(1), un article publié initialement en 2019 par Le français moderne – Revue de linguistique française(2). Sophie Jollin-Bertocchi, maître de conférence à l’Université Versailles Saint-Quentin, s’y emploie à clarifier ce qu’est une « petite phrase ».

Une phrase, déjà est un « objet d’étude complexe », introduit dans la langue française seulement au 16e siècle(3) et dont le sens a évolué en plusieurs étapes pour désigner finalement une séquence autonome et complète. L’adjectif petite complique les choses : « Le syntagme présente une réelle complexité sémantique qui tient à la superposition du sens propre et des sens figurés de l’adjectif qualificatif petite, provoquant un glissement sémantique du noyau ».

Il n’y a pas que petite : ainsi, de belles phrases se situe « à la limite de l’antiphrase ». C’est pourquoi, « au prisme des expressions phraséologiques qui l’escortent et qui offrent des traces de son sens à l’ère rhétorique, le mot phrase dénomme le lieu linguistique de l’absence de sens » !

Anthologisation

Une étude minutieuse de la littérature révèle que « les valeurs positives (phrase agréablement et efficacement tournée) de la petite phrase en décousent avec des valeurs négatives (gloire éphémère, intention agressive) ». Il y a « conflit sémantique » car la locution est employée dans un « contexte polémique ». Bien que la parole soit un objet oral et éphémère, la petite phrase médiatisée subit un processus d’« anthologisation », de « mise en patrimoine », voire de « sacralisation de la petite phrase, interprétable comme succédané laïc de la parole évangélique dans une société déchristianisée ».

De plus, la petite phrase est envahissante. On remplace souvent phrase par petite phrase pour « désigner des phrases à remarquer, susceptibles de devenir remarquables ». Pour Sophie Jollin-Bertocchi, « le phraséologisme petite phrase participe ainsi d’un phénomène de réification dans un contexte de fétichisme consumériste ». Il est représentatif de la manière « d’imposer le contenu de certaines formes d’expression choc qui tendent à devenir clichés et références culturelles ». Petite phrase pourrait ainsi inaugurer une nouvelle époque de l’histoire du mot phrase.

La démonstration est éloquente. Cependant, à considérer le syntagme sous un prisme autre que celui de la linguistique, un doute survient. Si, dans le domaine de la communication politique, la « petite phrase » n’est apparue que depuis quelques décennies, elle désigne en réalité un usage très ancien. On parlait jadis de mots, de traits, de flèches, de piques, de pointes : ne faut-il pas voir dans ces mots autant de moyens de signaler des expressions choc ? Pour en faire, dans les meilleurs cas, des citations et des paroles historiques ‑ une forme d’« anthologisation »(4), sans aucun doute.

Michel Le Séac’h

(1) https://hal.uvsq.fr/hal-03325557/document

(2) Sophie Jollin-Bertocchi. « Le phraséologisme ”petite phrase” ». Le Français Moderne - Revue de linguistique Française, CILF (conseil international de la langue française), 2019, 2019 (2). hal-03325557f

(3) L’introduction du mot semble cependant antérieure à la date indiquée, 1546. Le titre complet de la première traduction française du Roland Furieux, imprimé en 1544 à Lyon chez Sulpice Sabon pour Jehan Thellusson, se présente ainsi : « Roland Furieux compose premierement en ryme Thuscaine par messire Loys Arioste, noble Ferraroys, & maintenant traduction en prose Francoyse: partie suyuant la phrase de l'Autheur, partie aussi le stile de ceste nostre langue ». Jehan des Gouttes, traducteur ou responsable de la traduction, insiste : « le lecteur Francoys pourra aussi enrichir (ou il est indigent) son parler de cette copieuse phrase Thuscane ».

Deux traductions publiées à Lyon en 1542 contiennent des avertissements de leur « translateur » commun, Estienne Dollet, sur la « phrase » étrangère. Dans Les Epistres familaires de Marc Tulle Cicero, pere d'eloquence Latine : « En quoy il fault avoir raison de la phrase, & proprieté de chasque langue, pour se trouver excellent interpreteur, & parfait" » ; dans Du Mespris de la court : & de la louange de la vie Rusticque, d'Antonio de Guevara : « ie te prie entre aultres choses penser, que la phrase du Castillan est trop plus copieuse que la Francoyse, et la liayson bien fort differente. »

Dans le prologue du Livre de Amytie de M. T. Cicero, Pere d'eloquence Latine, publié à Paris chez Denys Janot en 1539, le traducteur Jehan Collin évoque « la phrase & doulceur du stille Ciceronian ». Dans Le Jugement poetic de l'honneur femenin et seiour des illustres claires et honnestes dames, publié à Poitiers en 1538, Jean Bouchet salue l’écriture d’Apulée « en stille dur & phrase recullee ».

(4) Quant aux devises héraldiques – dont l’origine était souvent une phrase prononcée par un grand ancêtre dans une situation spécifique (« Honni soit qui mal y pense », etc.) – n’obéissaient-elles pas à une démarche de « patrimonialisation » délibérée ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire