samedi 30 janvier 2016

« Résister c’est partir », la demi-petite phrase de Christiane Taubira

En oratrice de talent, Christiane Taubira a émaillé de plusieurs formules bien frappées la conférence de presse organisée au ministère de la Justice dans la foulée de sa démission du gouvernement mercredi dernier : « Je choisis d’être fidèle à moi-même, à mes engagements, à mes combats, à mon rapport aux autres », « je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur », « nous ne devons concéder [au terrorisme] aucune victoire » et même « nous ne livrerons pas le monde aux assassins d'aube », citation approximative d’Aimé Césaire. Pourtant, à quelques exceptions près comme Le Monde, Sud-Ouest ou Europe1, les médias y ont rarement puisé leurs titres.

En revanche, beaucoup se sont focalisés, l’instar de L’Humanité, du Dauphiné ou du quotidien francophone algérien El Watan, sur un tweet posté par l’ex-Garde des Sceaux : « Parfois, résister c’est partir ». Et le web a fait un triomphe à cette formule. Pourquoi ? Probablement parce que les déclarations de Christiane Taubira au ministère de la Justice rendaient compte d’un débat intellectuel à la première personne alors que son tweet se donne des allures de règle heuristique : il prescrit une attitude valable pour tous.

La formule retenue par la presse et le web n'est cependant qu’un extrait du tweet d'origine. Son contenu complet était : « Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l’éthique et au droit. » La première de ces trois phrases avait de bons atouts pour devenir une petite phrase reprise par les médias et mémorisée par l’opinion : énonciatrice, elle reposait sur le redoublement[1] d’un verbe d’action fort renvoyant à une composante majeure de la culture historique contemporaine, la Résistance (« Résister c’est partir », écrit Léon Blum dans ses Mémoires à propos de la situation de juin 1940).

En revanche, elle avait un handicap presque rédhibitoire : elle évoquait deux attitudes contradictoires : rester et partir. Une petite phrase ne s’inscrit dans les esprits que si elle apporte une réponse et une seule, elle ne doit jamais susciter la perplexité. Les médias, et les internautes plus encore, ont donc spontanément raccourci la déclaration de Christiane Taubira en ne gardant que la partie conforme à sa prescription implicite.

Cette petite phrase sera-t-elle pérenne pour autant ? Le Premier ministre a fait de son mieux pour l’éviter. J’y reviendrai.

Michel Le Séac'h

vendredi 29 janvier 2016

Petite phrase et langue de bois : peut-on générer des discours automatiques ?

Petite phrase et langue de bois sont les deux pôles opposés du discours politique[1]. La langue de bois est faite pour « entrer par une oreille et sortir par l’autre ». La petite phrase, au contraire, « vise à marquer les esprits », comme dit l’Académie française. Elle est le clou qui fixe la langue de bois.

Cette distinction n’est pas propre à la vie politique contemporaine. Dans la Grèce antique, écrit Paul Veyne, « le contenu des discours d’apparat n’était pas senti comme vrai et pas davantage comme faux, mais comme verbal. Les responsabilités de cette ‘langue de bois’ ne sont pas du côté des pouvoirs politiques, mais d’une institution propre à cette époque, à savoir la rhétorique. Les intéressés n’étaient pas contre pour autant, car ils savaient distinguer la lettre et la bonne intention : si ce n’était pas vrai, c’était bien trouvé.[2] » Aujourd’hui comme hier, la langue de bois exprime surtout des bonnes intentions.

Bien entendu, la langue de bois n’est pas propre non plus au discours politique tout court. Les « promesses verbales » jamais tenues abondent dans les relations personnelles. Comme chantait Dalida,
     « Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent
      Voilà mon destin te parler, te parler comme la première fois »

On a beau savoir que les bonnes intentions resteront des intentions, elles font toujours plaisir à entendre.

Si la langue de bois est récurrente, elle doit être recyclable. Des humoristes proposent régulièrement des générateurs de langue de bois. Le politologue Thomas Guénolé a jeté les bases d’un « pipotron » dans son Petit guide du mensonge en politique[3]. Mais ne s’agit-il pas de plaisanteries ? On sait maintenant que non.

Valentin Kassarnig, étudiant en informatique à l’University of Massachusetts Amherst, vient de présenter « un système capable de générer des discours politiques pour le parti politique de son choix ». Il a détaillé ses travaux dans un article intitulé « Political Speech Generation », déposé voici quelques jours sur le site de prépublication scientifique ArXiv et mentionné par le blog du Monde comme par le supplément Étudiants du Figaro. Son système utilise des méthodes de programmation neuro-linguistique avancées comme les n-grammes, les réseaux de neurones récurrents ou l’allocation de Dirichlet latente. Il s’appuie sur la base de données Convote, de Cornell University, qui contient près de quatre mille discours de parlementaires américains.

Or ce système donne de bons résultats, tant sur le plan de la correction grammaticale que celui du contenu. Même si Valentin Kassarnig juge « très improbable que ces méthodes soient réellement utilisées pour générer les discours de politiciens », les textes produits sont très plausibles. Comme dit Paul Veyne, s’ils ne sont pas vrais, ils sont bien trouvés.

Michel Le Séac'h


[2] Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil, coll. Essais, 1992, p. 89.
[3] Thomas Guénolé, Petit guide du mensonge en politique, Paris, First, 2014, p.153-155.

Buste de Démosthène, copie romaine d’une statue de Polyeuctos, musée du Louvre, photo User:Mbzt, licence CC BY 3.0

jeudi 21 janvier 2016

« La vie d’un chef d’entreprise est bien souvent plus dure que celle d’un salarié » : une petite phrase involontaire d’Emmanuel Macron

Le ministre de l’économie joue volontiers des petites phrases, mais il arrive que les petites phrases se jouent de lui. Interrogé hier matin par Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV et RMC, Emmanuel Macron a lâché une formule sûrement pas préparée à l’avance (il suffit de regarder pour s’en convaincre, à partir de 18:22) : « la vie d'un entrepreneur, elle est bien souvent plus dure que celle d'un salarié, il ne faut jamais l'oublier, parce qu'il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties ».

La phrase n’est qu’incidente, elle s’inscrit dans un développement sur les difficultés des entreprises. Comme le note Violaine Jaussent sur Francetvinfo.fr, elle passe d’abord à peu près inaperçue. Puis elle est reprise sur le compte Twitter de RMC. Désormais sortie de son contexte, elle prend une toute autre tonalité. Aussitôt, le web s’enflamme, tandis que la presse reprend la formule, qualifiée de « petite phrase » par 20 Minutes, L’Expansion, VSD et bien d’autres.

Le phénomène de simplification par l’opinion[1], classique des petites phrases, fonctionne à une vitesse stupéfiante. Vingt-quatre heures après l’émission, une interrogations sur Google donne les résultats suivants :
  • « la vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié » : 6 580 résultats
  • « la vie d'un entrepreneur est souvent plus dure que celle d'un salarié » : 7 280 résultats
  • « la vie d'un entrepreneur est plus dure que celle d'un salarié » : 14 300 résultats
  • « la vie d'un entrepreneur est bien plus dure que celle d'un salarié » 55 000 résultats
On note que la phrase réellement prononcée est la première ci-dessus. Beaucoup d’internautes sont spontanément allés vers l’expression la plus extrême en la débarrassant de la réserve contenue dans « souvent » et en recyclant l’adverbe « bien » pour renforcer le message. On assiste là à un phénomène classique : Emmanuel Macron est victime d’un effet de halo négatif, autrement dit, d’une diabolisation[2]. Chez une fraction de l’opinion, ce qu’il dit vraiment compte moins que ce qu’on croit qu’il aurait pu dire.

Michel Le Séac’h
____________________________

dimanche 17 janvier 2016

Les petites phrases, un outil pédagogique à optimiser

Comme je le souligne dans mon livre (voir La petite phrase : D'où vient-elle ? Comment se propage-t-elle ? Quelle est sa portée réelle ?, p. 149 et suivantes), les « petites phrases » s’adressent à la mémoire et déclenchent des attitudes plutôt que des raisonnements. Elles jouent donc un rôle important dans l’enseignement et l’apprentissage.

Nous avons tous vu nos professeurs utiliser des petites phrases qui leur sont propres. Leurs élèves apprennent à les repérer et à comprendre leur signification cachée. Elles deviennent des marqueurs d’une culture commune entre l’enseignant et ses élèves. Les plus fameuses se transmettent même d’une année sur l’autre, des anciens élèves aux nouveaux.

Spécialiste américain des méthodes pédagogiques, Doug Lemov note l’importance de ces signaux (ou « tell », une expression venue du poker, où les adversaires s’épient pour deviner le jeu de l’autre). Il raconte :
L’un de mes signaux en tant qu’enseignant était le mot « intéressant », prononcé sur un ton badin mais légèrement condescendant et d’ordinaire accompagné d’un « Hmmm » et d’un clignement des deux yeux. Je l’utilisais, sans m’en rendre compte, dans mes cours d’anglais quand un commentaire d’un élève me semblait mal fondé. Aussitôt, une élève prénommée Danielle disait très clairement au fond de la classe : « Oho ! Essaie encore, Danny ! » Elle savait qu’« intéressant » voulait dire « décevant ». Comme la plupart des enseignants, j’en disais plus que je ne croyais. Le message adressé à Danny signifiait : « tu aurais sans doute fait mieux de garder ton idée pour toi », et Danny le savait comme les autres. 
Doug Lemov ne se borne pas à constater le phénomène. Dans Teach Like a Champion 2.0, nouvelle version d’un livre paru en 2010 devenu best-seller aux États-Unis, il recense 62 « techniques » utilisées par des enseignants spécialement efficaces. L’une d’elles consiste à créer une« culture d’erreur », dans laquelle les élèves verront positivement leurs erreurs comme des occasions d’apprentissage. Et bien entendu, l’un des moyens pour créer cette culture est d’instaurer délibérément des petites phrases qui n’auront pas l’effet déstabilisant de son « intéressant ».
  • Doug Lemov, Teach Like a Champion 2.0, San Francisco, Jossey-Bass, 2015

mardi 12 janvier 2016

« Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne » : Christiane Taubira après bien d’autres

En 1983, Jean-Pierre Chevènement est ministre de la Recherche et de la Technologie. En désaccord avec une politique gouvernementale qu’il juge trop à droite, il déclare : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne ». Et il démissionne. Il récidivera en 1991, hostile à l’intervention de la France en Irak alors qu’il est ministre de la Défense.

Sa formule est devenue l’une des petites phrases les plus connues de la vie politique française contemporaine. Google en recense des dizaines de milliers d’occurrences et, consécration, elle figure dans l’Histoire de la Vème république pour les Nuls de Nicolas Charbonneau et ‎Laurent Guimier. Elle est systématiquement rappelée par la presse et les milieux politiques chaque fois qu’un ministre manifeste un désaccord avec le gouvernement. Et cela quelle que soit l’issue : démission, résipiscence ou limogeage. On l’a citée ces dernières années à propos de Rama Yade, de Cécile Duflot, de Delphine Batho, d’Arnaud Montebourg et de quelques autres.

Depuis quinze jours, c’est le tour de Christiane Taubira. Son cas n’est pas foncièrement différent, même si elle déploie une interprétation originale du scénario : elle l’ouvre et la ferme alternativement sans démissionner ni être renvoyée. La jurisprudence Chevènement a été rappelée par Alexandre Sulzer dans L’Express, Jean-Baptiste Jacquin dans Le Monde, Grégoire Biseau dans Libération, Jérôme Sainte Marie interviewé par Eléonore de Vulpillières dans Le Figaro, et bien d’autres encore.

Le succès de cette petite phrase tient sûrement à sa bonne adéquation avec la culture des milieux politiques et à la fréquence des circonstances propices à sa répétition, donc à sa mémorisation. Quant à sa forme, on peut noter :
  1. Qu’elle a été spontanément simplifiée et raccourcie par la postérité, « si ça veut l’ouvrir », pas indispensable, ayant été remplacé par le plus bref « ou ».
  2. Qu’elle contient une répétition interne (« ça… ça »), élément souvent favorable à la pérennisation d’une petite phrase.
  3. Que la présence d’un mot grossier (« gueule ») ne lui nuit pas, au contraire : comme l’ont montré Cory R. Scherer et Brad J. Sagarin, une obscénité légère exerce un effet positif sur la persuasion[1].
Michel Le Séac’h

Photo : Guillaume Paumier, Wikimedia Commons, CC-BY-SA-2.5

vendredi 8 janvier 2016

« Do we want a candidate who could be tied up in court for two years? » : Trump contre Cruz

« Voulons-nous un candidat qui pourrait se retrouver englué devant les tribunaux pendant deux ans ? » À la veille des primaires pour l’élection présidentielle américaine, cette petite phrase de Donald Trump fait sensation.

Elle vise Ted Cruz, aujourd’hui considéré comme le principal rival de Trump dans la course à l’investiture républicaine. Interrogé lundi soir par le Washington Post, Trump a expliqué : « Je n’aimerais pas qu’un obstacle de ce genre se dresse devant lui. Mais beaucoup de gens en parlent et je sais même que certains états regardent cela de très près, le fait qu’il est né au Canada et qu’il a eu un double passeport. » Il n’y a pas qu’en France que la double nationalité est un sujet de débat !

On ne va pas entrer ici dans le fond de l’affaire. En bref, la Constitution américaine dispose que le président des États-Unis doit être citoyen de naissance (« natural-born citizen »). Ted Cruz est né au Canada d’un père cubain et d’une mère américaine. Pourrait-il devenir président ? Les constitutionnalistes ne semblent pas l’exclure. Or, contrairement à l’habitude, cette sortie de Donald Trump n’a pas été accueillie par des quolibets. Au contraire, elle a été relayée par les responsables du Parti républicain. Pourquoi ?

Le journaliste conservateur Rush Limbaugh a son idée sur la question : « l’establishment républicain déteste Cruz. Ils détestent Cruz plus qu’ils ne détestent Trump, car ils se disent que Trump serait plus ou moins malléable, qu’ils auraient une petite chance de travailler avec lui. Mais ils voient Cruz comme un conservateur rigide et inflexible, rien à faire, ils le méprisent. » Les grands journaux comme le Daily News ou le Wall Street Journal, pas davantage séduits par le fondamentalisme chrétien de Ted Cruz, se font un plaisir de reprendre l’interrogation, transformant en petite phrase ce qui aurait pu rester une simple pique.

N.B. : une interrogation n’est pas propice à la naissance d’une petite phrase*. Ici, de toute évidence, la question est rhétorique. Elle signifie simplement : « Cruz n’est pas un bon candidat ». Mais au lieu de le dire directement, elle l’exprime avec toute la puissance d’un sous-entendu.

Michel Le Séac'h
____________________________

lundi 4 janvier 2016

Sexisme et petites phrases

« Les femmes ont souvent droit à des petites phrases... auxquelles les hommes n'ont pas droit », note le Huffington Post. Ses 48 exemples en vidéo viennent directement de l’édition américaine du site. Celui-ci y voit du sexisme, un mot que ne reprend pas le Huff français. Vus de ce côté-ci de l'Atlantique, ces exemples ne paraissent pas tous aussi convaincants.

Il n’est de « petite phrase » qu’entre gens qui partagent une même culture. Le second degré de la petite phrase renvoie à un acquis qu’il est inutile de répéter à chaque fois. Son sous-entendu est compréhensible à la fois par celui qui la prononce et par celui qui l’entend (ce qu’exprime la formule « À bon entendeur, salut »).

Ce que les femmes entendent n’est pas forcément audible par les hommes. Et ce qui est petite phrase pour un Américain ne l’est pas forcément pour un Français…

vendredi 1 janvier 2016

Petites phrases de Xi Jinping sur un air de rap

Afin de fêter les deux ans de leur Groupe de direction central pour l’approfondissement général des réformes, les autorités chinoises viennent de diffuser sur le site web de la télévision chinoise CCTV un court dessin animé où des messages anti-corruption sont scandés sur un air de rap.

Le président chinoix Xi Jinping y fait de courtes apparition sous forme d’un portrait de style BD accompagné de ses petites phrases les plus emblématiques de la lutte contre la corruption. Leur tonalité les place quelque part entre pensées de Mao et préceptes de Sun Tzu : « Toute corruption doit être punie, tout responsable corrompu doit être poursuivi », « Que les désirs du peuple deviennent notre action », « Une fois tirée par un arc, une flèche ne revient pas », « Brandissez haut le sabre du combat contre la corruption »

Surprenante à première vue, cette vidéo est représentative, disent les experts, des nouvelles orientations imposées par Xi Jiping, arrivé au pouvoir en 2013 – la lutte contre la corruption mais aussi une présente massive de la propagande en ligne. « Le dessin animé est la plus récente tactique utilisée par la propagande de Pékin pour toucher une génération qui communique via des smartphones et des touches ‘j’aime’ », explique Jun Mai dans le South China Morning Post