Affichage des articles dont le libellé est gaffes. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est gaffes. Afficher tous les articles

14 janvier 2023

« Qui aurait pu prédire la crise climatique ? » : une petite phrase inexplicable d’Emmanuel Macron

À l’approche de sa réélection en 2022, Emmanuel Macron avait paru soucieux d’éviter les formules maladroites qui l’avaient probablement desservi aux premiers temps de son mandat[i] (« je traverse la rue », « on met un pognon dingue dans les minima sociaux », « des gens qui ne sont rien »…). À la toute fin de l’année, pourtant, lors de ses vœux pour 2023, il semble avoir retrouvé cette veine avec « Qui aurait pu prédire […] la crise climatique ? »

Les médias ont largement qualifié de « petite phrase » cette question rhétorique, parfois dès leurs titres :

  • Vœux : la phrase d'Emmanuel Macron sur le climat qui ne passe pas – Le Point
  • Vœux de Macron : "Qui aurait pu prédire la crise climatique ?", cette petite phrase qui agace les scientifiques du Giec – Midi libre
  • « Qui aurait pu prédire la crise climatique ? » : la petite phrase polémique d’Emmanuel Macron – Ouest-France
  • "Qui aurait pu prédire la crise climatique ?" : la petite phrase d'Emmanuel Macron agace les scientifiques – Francetvinfo
  • Une petite phrase d’Emmanuel Macron a bien du mal à passer à propos du réchauffement climatique – Sud Radio
  • Les scientifiques ont-ils raison d'être en colère après la petite phrase d'E.Macron sur la crise climatique ? – France Bleu
  • Nicolas Poincaré : La petite phrase polémique d'Emmanuel Macron sur le climat  BFMTV

Le thème de la « petite phrase qui ne passe pas » est repris par Francetvinfo, Orange, Gala, Le Huffington Post, L’Indépendant et quelques autres. Les échos de la déclaration présidentielle retentissent même à l’étranger. Elle suscite d’innombrables réactions dans les milieux politiques et scientifiques. Bien entendu, la plupart des commentateurs rappellent que le thème du réchauffement global est ancien : le premier rapport du GIEC date de 1990. La crise climatique est au centre de maints travaux de recherche et d’innombrables conversations de bistro. « "Qui aurait pu prédire la crise climatique ?" Eh bien, beaucoup de gens, monsieur le président… », ironise L’Obs. C’est tellement évident que personne ne semble capable d’expliquer de manière plausible la logique du propos présidentiel.

Erreur délibérée ou simple gaffe ?

Interrogé par Le Point, Philippe Moreau-Chevrolet voit dans cette phrase une « erreur de communication » tout en envisageant qu’elle soit délibérée : « On peut y voir une démarche populiste pour parler à l'électorat qui vit l'écologie de manière punitive. Ou alors une phrase destinée à justifier une forme d'inaction environnementale. Une sorte de révisionnisme à dire qu'il n'y avait pas de consensus politique et qu'on ne pensait pas que ce serait si fort. » Autrement dit, c’est à n’y rien comprendre !

Pour le conseil en communication, « c'est dommage, car c'était un discours tiède et insipide dont on va retenir cette phrase, probablement rédigée trop vite sur un coin de table. » Elle serait donc de la veine des gaffes d’avant 2017 comme « le libéralisme est une valeur de gauche » ou « il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France ».

Cette thèse du coin de table est-elle soutenable ? Le texte des vœux présidentiels, reproduit sur le site web officiel de l’Élysée, a certainement été soupesé par une équipe de communicants chez qui l’amateurisme de Sibeth Ndiaye[ii] n’est plus de mise. Et Emmanuel Macron n’a sûrement pas oublié les éloges que lui avait valu « Make our planet great again[iii] ». Il sait aussi ce que l’image de Jacques Chirac doit à « notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Est-il possible qu’il ait à ce point perdu de vue son simple intérêt politicien ?

 Un portrait par les petites phrases

Bruno Le Maire, Agnès Pannier-Runacher et les autres ministres qui ont tenté de corriger le tir dans les premiers jours de l’année ont tenu à rappeler les positions prises par Emmanuel Macron depuis son élection dans le domaine de l'écologie. Ils n’ont fait qu’approfondir le mystère : si le président est conscient du problème, pourquoi semble-t-il dire qu’il était imprévisible ?

L’explication la plus vraisemblable est plus prosaïque : thème anecdotique dans le discours, la crise climatique a été traitée par-dessous la jambe. Voici l’intégralité du passage où elle est abordée :

Je repense aux vœux que je vous présentais à la même heure, il y a un an. Qui aurait imaginé à  cet instant, que, pensant sortir avec beaucoup de difficultés d’une épidémie planétaire, nous  aurions à affronter en quelques semaines, d’inimaginables défis : la guerre revenue sur le sol  européen après l’agression russe jetant son dévolu sur l’Ukraine et sa démocratie ; des dizaines, peut-être des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés, une effroyable crise énergétique, une crise alimentaire menaçante, l’invocation des pires menaces, y compris nucléaires ? Qui aurait pu prédire la vague d’inflation, ainsi déclenchée ? Ou la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays ?

Pour quarante-huit mots sur la guerre en Ukraine, treize sur la crise climatique. Le président revient brièvement sur le thème de l’environnement dans la suite de son discours[iv]. Mais globalement, ce thème n’y occupe qu’une place mineure et n’a peut-être pas reçu toute l’attention nécessaire. La question « Qui aurait pu prédire… ? » n’était peut être applicable qu’à l’inflation dans l’esprit des rédacteurs. Ou peut-être concernait-elle les « effets spectaculaires encore cet été », que personne n’avait vu venir, et non la crise climatique en tant que telle. La thèse du « coin de table » n’est pas absurde, finalement.

Les communicants de l’Élysée auront sans doute senti le vent du boulet. Si une phrase du président est ambiguë, mal construite, les médias et l’opinion demeurent tout disposés à l’interpréter de la manière la plus défavorable. Comme au temps des Gilets jaunes. En ce temps-là, leur quête de petites phrases présidentielles pouvait dénoter le désir de se faire un portrait d’un personnage encore mal connu. L’est-il mieux aujourd’hui ? Pas sûr. Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Michel Le Séac’h


[i] Voir Michel Le Séac’h, Les petites phrases d’Emmanuel Macron, Paris, Librinova, 2022, chapitre 1.

[iv] « Parce que la transition écologique est une bataille que nous devrons gagner, il nous  faut la mener avec résolution et méthode. La planification écologique sera l’instrument de ce dépassement historique pour baisser nos émissions de C02 et sauver notre biodiversité. »

Illustration : copie partielle d'écran, site elysee.fr

25 janvier 2022

« Stupid son of a bitch » : Joe Biden se lâche… une fois de plus

On vantait la pondération de Joe Biden face à Donald Trump. Ce lundi, hélas, le président américain a publiquement insulté un journaliste de Fox News, Peter Doocy, qui lui posait une question dérangeante. Il l’a traité de « stupid son of a bitch », soit à peu près « stupide fils de pute ». Et face caméra, en plus, ce qui a permis à la vidéo de faire le tour du monde !

Joe Biden croyait son micro coupé, suggère la presse bienveillante, y compris en France. De toute évidence, il n’en était rien puisqu’il venait de répondre à la question posée ; il a ajouté l’injure comme une réflexion entre ses dents, mais audible ! Libération rapproche l’incident du « les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder » d’Emmanuel Macron et plaisante sur le syndrome Gilles de La Tourette.

La pondération de Joe Biden tranche avec le caractère émulsif de son prédécesseur. Mais ce pondéré est depuis longtemps qualifié, y compris par lui-même[i], de « machine à gaffes » (blunder machine). « Deux cents millions d'Américains sont morts du covid-19 », lâchait-il par exemple en septembre 2020, pendant sa campagne présidentielle. Avant d’affirmer, le mois suivant : « Nous avons mis en place, l’organisation de fraude électorale la plus grande et la plus complète dans l’histoire de la politique américaine. » (Comment s’étonner que tant d’Américains croient l’élection truquée, si même le président le dit ?)

Il avait fait encore mieux lors des primaires démocrates pour l’élection présidentielle de 2008. À propos de son adversaire Barack Obama, encore peu connu à l’époque, il avait déclaré : « Voilà le premier Afro-Américain ordinaire qui soit éloquent, brillant, propre et sympathique » (« you got the first mainstream African-American who is articulate and bright and clean and a nice-looking guy »)[ii]. Obama, magnanime, avait accepté ses excuses : entre eux, le match était plié avant d’avoir commencé. Et Biden était finalement devenu le vice-président d’Obama.

Bidenisms

Il n’avait pas molli quand leur ticket avait été candidat à sa réélection en 2012. Dans un discours de campagne, il s’était référé à une petite phrase célèbre du président Theodore Roosevelt : « Parle doucement et munis-toi d’un gros bâton » (« speak softly and carry a big stick »). Et il avait ajouté, parlant d’Obama : « Je vous promets que le président a un gros bâton » (« I promise you the President has a big stick »). La connotation sexuelle de la promesse avait provoqué l’hilarité des spectateurs[iii]. Et Obama avait été réélu.

Parmi les nombreux livres consacrés au 46ème président des États-Unis, une dizaine portent expressément sur ses bévues, les bidenisms. Ils en répertorient jusqu’à quatre cents.

Bref, business as usual ? L’incident est clos, dit Peter Doocy, qui a reçu un coup de fil du président un peu plus tard : « J’apprécie que le président ait pris deux ou trois minutes ce soir pour m’appeler et régler le problème. »

Enseignements induits

L’incident a toutefois illustré le rôle militant que la presse peut jouer dans la gestion de l’après-petite phrase. Le New York Times a brièvement rendu compte de l’incident et a aussitôt rebondi sur une liste de « méfaits » du camp républicain. Dont un commentaire négatif de George Bush à propos d’un journaliste de son époque, devant un micro resté ouvert, en 2020. Et bien entendu quelques épithètes de Donald Trump (« disgrace », « loser »…), pas trop difficiles à dénicher.

Peut-être aussi constatera-t-on avec le recul du temps qu’une petite phrase peut en cacher une autre. Voici l’échange exact entre Peter Doocy et Joe Biden :

‑ Do you think inflation is a political liability going into the midterms ? (« Considérez-vous l’inflation comme un handicap politique à l’approche des élections de mi-mandat ? »)
‑ No, it's a great asset. More inflation. You stupid son of a bitch. (« Non, c’est un gros atout. Davantage d’inflation. Stupide fils de pute. »)

L’insulte a détourné l’attention de l’inflation. Joe Biden venait de subir sans broncher les questions d’autres journalistes sur la situation en Ukraine. Mais ce qui l’a fait sortir de ses gonds est une question sur l’économie.

Michel Le Séac’h

Illustration : extrait d’une vidéo Fox News, https://www.youtube.com/watch?v=4fiQhGjC0cs


[i] Aahmer Madhani et Stephen Gruber-Miller, « Joe Biden is a self-described 'gaffe machine.' So far, Democratic voters don't seem to mind », USA Today, 6 septembre 2019, https://eu.usatoday.com/story/news/politics/elections/2019/09/06/2020-democrats-joe-biden-prone-gaffes-but-doesnt-seem-voters-care/2225251001/, consulté le 23 juillet 2021.

[ii] Xuan Thai et Ted Barrett, « Biden's description of Obama draws scrutiny », CNN, 9 février 2007, consulté le 23 juillet 2021.

[iii] « Biden assures voters Obama "has a big stick" », CBS, 27 avril 2012. Voir https://www.youtube.com/watch?v=rrmbsKW0d7c, consulté le 23 juillet 2021.