samedi 12 janvier 2019

« Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort » : Emmanuel Macron invite au biais de confirmation

Et une de plus, encore une formule malheureuse d’Emmanuel Macron. En résumé, hier, au cours d’un discours officiel à l’Élysée[1], le chef de l’État a (ou aurait) déclaré que « trop de Français n’ont pas le sens de l’effort ».

Aussitôt, plusieurs journaux sonnent l’alarme :
Les commentaires hostiles se multiplient sur les réseaux sociaux. L’expression « sens de l’effort », qui ne suscitait aucune recherche sur Google les jours précédents, devient une vedette en quelques heures.


Beaucoup voient dans cette formule une attaque contre les « gilets jaunes » et/ou un dérapage du chef de l’État. « Voilà une petite phrase glissée dans un discours qui risque, une nouvelle fois, de poursuivre Emmanuel Macron », estime La Dépêche, qui ajoute : « Certains appelleront ça jeter de l'huile sur le feu. Il faut dire qu'à la veille de l’acte IX des Gilets jaunes, le moment était particulièrement mal choisi. »

Rares sont ceux qui s'interrogent, comme Geoffroy Clavel, chef du service politique du HuffPost : « Emmanuel Macron a-t-il vraiment dit "trop de Français n'ont pas le sens de l'effort"? » Réponse : « S'il ne l'a pas dit ainsi, le président de la République a semblé le suggérer dans une phrase alambiquée ». Un peu alambiqué aussi, ce commentaire est en tout cas fort en retrait sur la « petite phrase glissée dans un discours » de La Dépêche (ci-dessus).

Qu’a dit en réalité Emmanuel Macron ? D’abord, sa « phrase alambiquée » n’est compréhensible que dans son contexte. Le chef de l’État, respectant une vieille tradition, recevait des représentants des boulangers-pâtissiers venus lui remettre une galette de l’Épiphanie. Au discours de circonstance du représentant de la profession, il a répondu par un remerciement d’une douzaine de minutes. Un bref discours probablement pas rédigé à l’avance, sans prompteur, conforme aux principes des échanges de moutarde et de séné.

Après avoir complimenté la profession de boulanger-pâtissier, Emmanuel Macron a fait l’éloge de l’apprentissage dans les termes suivants :

...Le défi est que notre jeunesse trouve toute sa place dans et par le travail et qu'elle trouve toute sa place par l'engagement, le sens de l'effort, et l'apprentissage c'est cela. Notre jeunesse, elle a besoin qu'on lui enseigne un métier , des gestes, des savoirs, le sens de l'effort et le sens de cet engagement qui fait qu'on n'a rien dans la vie si il n'y a pas cet effort. Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus et liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République, et notre République n'a rien à envier à beaucoup d'autres pays je peux vous le dire à cet égard, il y a des devoirs. Et s'il n'y a pas cet engagement, ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son travail par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion ce qui fait son histoire et je le crois encore son présent et son avenir. L'apprentissage est au cœur de cette philosophie…

Rien ne permet de dire que le chef de l’État pensait aux « gilets jaunes » en évoquant « les troubles que notre société traverse ». Rien ne permet de l’exclure non plus. Mais surtout, il est clair que ce n’était pas le cœur de son discours et qu’aucun effort de forme n’avait été fait pour créer une phrase « détachable » (les expressions « sens de l'effort » et « beaucoup trop de nos concitoyens » ne figurent d'ailleurs pas dans la même phrase). La petite phrase semble moins « glissée dans un discours », comme écrit La Dépêche (ci-dessus), qu'« extraite d’un discours » par des médias et des internautes sourcilleux.

Ce qui n'excuse pas entièrement Emmanuel Macron. Il sait aujourd’hui que toute déclaration, même anecdotique, peut être retenue contre lui. Mus par le classique « biais de confirmation », les gens « recherchent des informations susceptibles d’être compatibles avec les conviction qui sont alors les leurs »[2]. Puisque Emmanuel Macron a la réputation d’être arrogant, tout ce qui peut être interprété comme arrogance de sa part le sera[3]. Il ferait donc mieux d’éviter les improvisations. Un bon prompteur vaut mieux qu’une mauvaise polémique.

Michel Le Séac’h



[1] La vidéo est visible sur le site Elysee.fr : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/01/11/reception-maitres-boulangers-epiphanie-galette. Passage incriminé à 11 :25 environ.
[2] Daniel Kahneman, Système 1, système 2, les deux vitesses de la pensée, Paris, 2011, Flammarion, p. 103.
[3] Voir sur ce blog : « ‘Je traverse la rue’ : la flèche de l’image d’Emmanuel Macron s’égare », http://www.phrasitude.fr/2018/09/je-traverse-la-rue-la-fleche-de-limage.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire