dimanche 9 décembre 2018

Pour Emmanuel Macron, une crise construite à force de petites phrases

« Le président de la République s’exprimera », annonce le Premier ministre. Est-ce bien raisonnable ? Car, y compris chez les représentants du pouvoir, beaucoup estiment désormais que les petites phrases d’Emmanuel Macron sont pour quelque chose dans le déclenchement de la crise des gilets jaunes. Sans nul doute, sa prochaine intervention sera très maîtrisée afin qu’aucune formule ne dépasse. Et on lui reprochera son insincérité…

Depuis une semaine, c’est un déferlement dans la plupart des médias : d’abord surpris par des revendications qui partent dans tous les sens, beaucoup de commentateurs finissent par y repérer un plus petit dénominateur commun : la démission du président de la République. Ce président presque inconnu il y a dix-huit mois est désormais détesté alors que les effets de ses décisions restent marginaux à ce jour. Comment l’expliquer ? En bonne partie par ses petites phrases. L’avis du professeur Arnaud Mercier a été évoqué ici. Il est désormais partagé largement.

Il suffit d’ailleurs d’observer les « gilets jaunes » eux-mêmes. « Dans le dos de leur habit fluo ou en chanson, les manifestants en colère se réapproprient des expressions du président qui les ont parfois agacés ou choqués » a noté Camille Caldini, de France Télévision, qui a repéré en particulier des « Gaulois réfractaires », des « pognon de dingue » et des « traverser la rue ». Adrienne Sigel, de BFM TV, partage cette observation : « ses sorties sont aujourd’hui détournées contre lui, comme en témoigne le tag “Ok Manu, on traverse”, observé boulevard Haussman à Paris samedi ». Le phénomène est national. Sylvie Ducatteau, dans L’Humanité, signale par exemple des « Gaulois réfractaires » sur une banderole dans le Puy-de-Dôme.

Comment des formules aussi vagues et anodines que « traverser la rue » ou « pognon dingue » peuvent-elles susciter tant d’émotion ? On n’imagine guère qu’une analyse sémantique puisse apporter une réponse satisfaisante. Il faudrait plutôt se tourner vers la psychosociologie. Le problème n’est pas dans ce que disent les petites phrases mais dans ce qu’en perçoivent les auditeurs-électeurs. Emmanuel Macron ne semble pas s’être rendu compte qu’il disait en substance à une grande partie des Français : « nous ne sommes pas du même monde ». Un vice rédhibitoire quand on prétend représenter un peuple. « Encore quelques-unes du même tonneau et Emmanuel Macron devra se préparer sérieusement à traverser la rue », écrivais-je ici au mois de septembre après « je traverse la rue ».

« Pas de grand homme sans petite phrase » (La Petite phrase, Paris, Eyrolles, 2015, p. 234)  bien sûr, mais, on le sait depuis Esope, sa langue peut-être la meilleure ou la pire des choses pour l'homme politique. On peut comprendre que le président de la République n’ait pas vu le danger : il n’a pas fait ses classes électorales. Il est plus étonnant, voire consternant, que les professionnels de la communication qui l’entourent à l’Élysée et au gouvernement ne l’aient pas alerté.

Retour sur quelques petites phrases d’Emmanuel Macron :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire