samedi 20 juin 2015

« Fuite d’eau » : la petite phrase pas dite mais entendue quand même

Les petites phrases politiques sont des feux-follets, la vie politique française vient de nous en donner un nouvel exemple remarquable.

« La petite phrase fait bondir » écrivent Le Progrès, Vosges matin, Les Dernières nouvelles d’Alsace, France 24, Le Figaro et quelques autres. Quelle petite phrase ? Les titres des journaux sont explicites : « Migrants : une ‘fuite d’eau’ pour Sarkozy » selon Le Progrès, « Polémique sur les ‘fuites d’eau’ : mais où va le président Sarkozy » selon Le Figaro, « La ‘fuite d’eau’ de Nicolas Sarkozy inonde les réseaux sociaux » selon France 24, etc.

La cause est entendue : Nicolas Sarkozy a prononcé une petite phrase dans laquelle il y a « fuite d’eau ». Cela s’est passé le 18 juin à l’Isle-Adam devant des militants de son parti. Le discours a été filmé par BFM TV et la vidéo mise en ligne sur Daily Motion a été visionnée des dizaines de milliers de fois. Et voici ce qu’y déclare Nicolas Sarkozy :
« C’est un peu, si vous voulez, comme une maison dans laquelle vous habiteriez, il y a une canalisation qui explose, elle se déverse dans la cuisine, le réparateur arrive et dit, j'ai une solution : on va garder la moitié pour la cuisine, mettre un quart dans le salon, l'autre quart dans la chambre des parents et si ça ne suffit pas il reste la chambre des enfants. »
Ce texte de 70 mots passerait difficilement pour une petite phrase. Et l’expression « fuite d’eau » n’y figure pas. Pourtant, comme dit France 24, elle « inonde les réseaux sociaux ». Certains l’ont littéralement « entendue », cohérence cognitive oblige. Daniel Schneidermann, fondateur d’Arrêt sur image, écrit ainsi sur Rue89 : « Imaginons que vous ayez une fuite d’eau chez vous. Une canalisation a sauté, la cuisine est inondée. C’est Sarkozy qui parle, en meeting. » Comme souvent, l’opinion publique a optimisé une déclaration politique, elle lui a donné une forme « plus vraie que nature », susceptible d’être aisément propagée et retenue.

Michel Le Séac'h
À lire aussi :

Aucun commentaire: