lundi 29 juin 2015

« Si un ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal » : une petite phrase papale vouée à l'oubli ?

Le style de communication du pape François ne laisse pas indifférent : il parle volontiers par petites phrases. En matière de petites phrases comme de religion, il y a beaucoup d’appelées et peu d’élues, mais le souverain pontife choisit ses mots et ses circonstances de manière à obtenir un maximum de reprises dans les médias et les réseaux sociaux.

L’exemple vient de loin et de haut : Jésus pratiquait de même, et avec quel succès ! Collectées par les évangélistes, ses formules brèves émaillent les pages d’un best-seller mondial et sont répétées depuis près de deux millénaires. Quelques-unes d’entre elles ont une portée politique manifeste, en particulier « Rendez à César ce qui est à César » ‑ la phrase du Nouveau testament la plus souvent citée sur le web*.

Le 15 janvier 2015, le pape déclarait : « Si un ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal ». Vu les circonstances (le carnage de Charlie Hebdo avait eu lieu huit jours plus tôt), la phrase était… frappante. Les médias l’ont citée avec ensemble. Mais avec quelques mois de recul, il ne semble pas qu’elle ait durablement marqué les catholiques. Ils ont vite cessé de la reprendre sur le web et les réseaux sociaux.

Le pape n’a peut-être pas assez pris la mesure du désir de cohérence cognitive éprouvé par chacun de nous. Si ses petites phrases s’écartent trop des canons de sa religion, ses ouailles seront tentées de ne pas les entendre. François voulait probablement signifier que nul ne devait « parler mal » de la religion d’autrui. Mais ce message de respect était en conflit avec la violence implicite de ce coup de poing « normal », qui ne s’accordait pas à celui de l’évangile selon saint Matthieu : « si quelqu’un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi la joue gauche ». Si une petite phrase le frappe par l’oreille droite, le public ne tendra  pas l’oreille gauche, la petite phrase ne sera pas pérennisée.

En revanche, la petite phrase pourrait bien avoir durablement marqué d’autres esprits, ressortissant d’une culture différente – ou peut-être d’une religion différente. On a remarqué par exemple l’usage qui en a été fait par le rappeur Booba, pour appuyer son commentaire à l’égard des collaborateurs de Charlie Hebdo : « T’as mal parlé, tu t’es fait plomber ». Ainsi, là où le pape cherchait à offrir aux uns un message de respect, il pourrait bien avoir inscrit chez d'autres une justification de la violence. Seul le public décide du destin d’une petite phrase, quelle que soit l’intention de son auteur.

Michel Le Séac'h
___________________________________
* Voir Michel Le Séac'h, La petite phrase : D'où vient-elle ? Comment se propage-t-elle ? Quelle est sa portée réelle ?, Eyrolles, p. 64.

Aucun commentaire: