vendredi 15 mai 2015

« Pseudo-intellectuels » : la triple erreur de Najat Vallaud-Belkacem

On disait Najat Vallaud-Belkacem « bonne en com’ ». Elle a derrière elle une solide expérience : elle a été porte-parole de deux candidats à l’élection présidentielle (Ségolène Royal en 2007 et François Hollande en 2012), puis porte-parole du gouvernement de Jean-Marc Ayrault pendant deux ans. Mais même les pros de la communication politique commettent parfois des erreurs.

« Un phénomène assez curieux est à l’œuvre », déclarait la ministre de l’Éducation nationale le 30 avril sur RTL : « des éditorialistes, des polémistes, des pseudo-intellectuels ‑ car pour moi quand un intellectuel s’exprime sur un sujet, il a la rigueur intellectuelle d’aller vérifier de quoi il parle ‑ s’expriment sans avoir lu le contenu de cette réforme. »

Cette déclaration a été (1) prononcée sur un grand média, (2) à une heure de grande écoute, (3) par une personnalité en vue, (4) à propos d’un sujet brûlant (5) concernant un vaste public. Pourtant, elle n’était clairement pas destinée à devenir une petite phrase. En la faisant longue et alambiquée, son auteure a probablement cru que son espérance de vie serait brève. Cependant, le public ne lâche pas si aisément sa proie ! Comme souvent, il a spontanément raccourci la phrase, en la resserrant sur un message central. Et le message central ressenti par une partie de l’auditoire résidait clairement dans l’expression « pseudo-intellectuels », devenue à elle seule une petite phrase et le centre d’une polémique.

Le mammouth oublié

La deuxième erreur de Najat Vallaud-Belkacem est d’avoir paru faire masse de tous les publics hostiles à sa réforme, en gros ou en détail. Son énumération (éditorialistes, polémistes, pseudo-intellectuels) évoquait comme un « etc. » couvrant l’ensemble des opposants, ses adversaires politiques aussi bien que les enseignants réticents. Le retentissement de la petite phrase n’en a été que plus large.

L’école a toujours été une institution à traiter avec prudence. L’esprit de corps y règne, les enseignants prennent aisément la mouche, ils aiment donner des leçons et pas en recevoir. Et pas plus que les autres ils n’aiment le changement. Claude Allègre en a fait l’expérience en 1997 quand, nouveau ministre de l’Éducation nationale, il a déclaré : « il faut dégraisser le mammouth ». Claude Allègre a traîné ce mammouth comme un boulet pendant le reste de sa carrière. Mais il avait 60 ans à l’époque, et c’était un scientifique respecté. Najat Vallaud-Belkacem n’en a pas 40 et ne jouit pas du même prestige. Pour avoir oublié la leçon de son aîné, elle a infléchi vers le bas son parcours politique, car la petite phrase, à l’instar de la « bravitude » de Ségolène Royal, lui est défavorable personnellement.

Pseudo, vraie insulte

Enfin et surtout, le choix du terme « pseudo-intellectuels » était une imprudence insigne. Le statut d’intellectuel est clivant en France depuis l’affaire Dreyfus. « L’intellectuel est quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas », écrivait Jean-Paul Sartre : cela fait du monde. « Intellectuel » est une insulte pour les uns, un compliment pour les autres. Mais « pseudo-intellectuel » est forcément insultant.

Attesté depuis la fin du 19e siècle (dans La Religion des contemporains, essais de critique catholique, de l’abbé Delfour, par exemple), le terme ne s’est répandu qu’à partir des années 1950. Curieusement, bon nombre de ceux qui l’employaient évoquaient « les intellectuels et les pseudo-intellectuels » (une recherche Google sur « intellectuels * pseudo-intellectuels » permet de le constater en une fraction de seconde), comme pour autoriser le lecteur à se ranger dans la première catégorie. Najat Vallaud-Belkacem n’a pas ménagé cette échappatoire, au risque d’irriter d’un coup une vaste catégorie. Le préfixe « pseudo » a été ressenti une banderille bien réelle, provoquant un tollé immédiat. Le statut de petite phrase de la formule de la ministre en a été d’autant mieux assuré.

« Pseudo-intellectuel » a même accédé sans délai au statut de « snowclone », le stade suprême de la petite phrase**. Au moins deux adversaires, et non des moindres, Alain Minc et Luc Ferry, ont immédiatement traité Najat Vallaud-Belkacem de « pseudo-ministre », tandis que l’écrivain Charles Consigny écrivait dans Le Point, par référence à un autre snowclone : « Nous sommes tous des pseudo-intellectuels ».
_________________________
* V. La Petite phrase, Eyrolles (à paraître), p. 213.
** V. La Petite phrase, Eyrolles (à paraître), p. 135.

Photo Jackolan1, Wikipedia, CC BY-SA 3.0

Aucun commentaire: