mardi 30 mars 2021

« Dedans avec les miens, dehors en citoyen » : le slogan qui a failli devenir petite phrase

Slogans et petites phrases se ressemblent souvent dans leur forme. Surtout quand les secondes sont à l’impératif (« Ralliez-vous à mon panache blanc », « Tuez les tous, dieu reconnaîtra les siens », « N’ayez pas peur »…). Mais les premiers sont mieux cadrés que les secondes. Un slogan est choisi et délibérément répété par une organisation pour favoriser la réalisation de ses objectifs. Une petite phrase… c’est plus compliqué, mais il s’agit d’ordinaire d’une formule attribuée à un personnage désigné, prononcée une fois puis qui vit sa vie dans l’opinion.

Il arrive qu’une petite phrase devienne slogan. Le célèbre « Yes we can » de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008 est issu d’un discours plus ou moins improvisé prononcé un soir de défaite à l’élection primaire du New Hampshire le 8 janvier de cette année-là[1]. Obama a noté la réaction positive de son auditoire et a fait de cette phrase minimaliste le leitmotiv de sa campagne victorieuse. Qu’un slogan devienne petite phrase serait davantage contre nature.

C’est pourtant ce qui a failli se passer avec le slogan de lutte anti-covid dévoilé le 22 mars par le Premier ministre Jean Castex : « Dedans avec les miens, dehors en citoyen ». Les réseaux sociaux y ont réagi assez systématiquement comme s’ils commentaient une phrase propre au Premier ministre et non un slogan du gouvernement. Ce qui n’est pas étonnant :

  • D’abord parce que Jean Castex l’a dévoilé lui-même. C’est par sa bouche que beaucoup de Français l’ont entendu pour la première fois.
  • Par ailleurs, ce slogan d’inspiration très XXe siècle, si ce n’est années 50, pouvait assez bien correspondre à l’image du Premier ministre. Ressemblance normale si, comme il l’a dit au Parisien, il en est l’auteur.
  • Enfin et surtout, il y a eu ce détournement immédiat et génial : « Dedans avec Durex, dehors avec Castex ». Il attachait irrémédiablement le slogan à l’hôte de Matignon. Et par-dessus le marché, il était bien plus percutant que l’original !

Puis cette attribution de petite phrase a paru retomber assez vite dans l’oubli. Le gouvernement lui-même semble s’être empressé de remiser le slogan au magasin des accessoires. Il ne figure plus sur la page d’accueil de son site ; on peut encore le trouver en rubrique « Covid-19 », mais il faut le chercher. Il paraît absent du site du ministère de la Santé et de la Solidarité. Une seule des treize agences régionales de santé (ARS) l’affiche en page d’accueil à ce jour.


À Jean Castex, on l’a déjà souligné, n’est encore attachée aucune petite phrase, qui marquerait l’opinion durablement. L’occasion s’est présentée, pourtant. Mais « ce n’est pas le moment pour desserrer la bride » ou « il ne suffit pas d’acheter des lits chez Ikea » n’ont pas tenu la distance. Il n’a sans doute pas lieu de s’en réjouir.

Certes, il n’est pas plus mal que les Français renoncent à accrocher à son veston un slogan « sinon incompréhensible, du moins maladroit », comme l’écrit Jean-Philippe Feldman. Mais, favorable ou non, une petite phrase qui marque signale l’appartenance de son auteur aux personnages politiques de premier plan.  On dirait que l’opinion publique refuse cette qualité à Jean Castex.

Michel Le Séac’h

Photo Florian David via Wikimedia Commons, licence CC BY-SA 4.0


[1] Voir Michel Le Séac’h, La Petite phrase, Paris, Eyrolles, 2015, p. 121.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire