samedi 16 mai 2015

« Français, encore un effort si vous voulez être républicains » : renaissance d’une petite phrase ?

Et encore plus si vous ne voulez pas être Républicains ? Je doute que la formule du marquis de Sade puisse être considérée comme une petite phrase aujourd’hui : on la connaît peut-être, mais on ne sait pas trop vers quelle attitude ou quel comportement elle pointerait. Se pourrait-elle qu’elle devienne une petite phrase demain ? L’histoire lui ressert les plats depuis que Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de rebaptiser l’UMP et qu’une partie de la gauche s’est mis en tête de lui interdire le nom Les Républicains.

« En choisissant ces seuls termes de « Les Républicains » ou « Républicains » pour sa dénomination sociale et en les déposant, avec un logo reprenant une forme stylisée et les couleurs du drapeau tricolore national, à titre de marques du commerce, [l’UMP] cherche à s’approprier de manière exclusive la dénomination de républicains en France aux fins de pouvoir l’opposer de manière déloyale et manifestement illicite aux autres partis politiques ou aux autres Français qui ne seraient pas membres de ce parti », écrivent maîtres Christophe Lèguevaques, Matthieu Boissavy, Joseph Breham et Vincent Fillola dans une assignation en référé visant à faire cesser ce « comportement fautif ».

On a pourtant connu le Parti Républicain, les Républicains indépendants, le Mouvement républicain populaire et quelques autres sans que cela pose de problème. Mais cette histoire de nom est aujourd’hui une sorte de Verdun politique (à moins que ce ne soit une ligne Maginot). Si l’UMP devient Les Républicains et que le Front National se rebaptise Les Patriotes, comme on en prête l’intention à Florian Philippot, la situation va devenir délicate. Imagine-t-on un second tour électoral opposant Les Républicains, Les Patriotes et les socialistes ? Deux vertus contre une idéologie, c’est ennuyeux. Et la riposte américanoïde qui consisterait pour le PS à se rebaptiser Les Démocrates est impraticable puisque le nom Les Démocrates a été déposé à l’INPI par Antonio Duarte, un sérial-déposant qui détient également les marques Les Progressistes et Les Écologistes.

Cependant, il est douteux qu’un politique contemporain ose reprendre la formule du divin marquis. Car le contenu que celui-ci lui a donné est très politiquement incorrect de nos jours ! « Français encore un effort si vous voulez être républicains » est en fait le titre du quatrième dialogue de La Philosophie dans le boudoir, un texte sulfureux, sous-titré « La Religion », dans lequel Sade affirme l’incompatibilité de la république et de la religion.

Il attaque surtout le christianisme, « cette imbécile religion ». « Trouvez-vous dans les saints dont est garni son Élysée quelque modèle de grandeur, ou d'héroïsme, ou de vertus ? », demande-t-il rhétoriquement. Mais il conspue aussi « Lycurgue, Numa, Moïse, Jésus-Christ, Mahomet, tous ces grands fripons, tous ces grands despotes de nos idées » avant de réclamer : « Rendez-nous les dieux du paganisme. Nous adorerons volontiers Jupiter, Hercule ou Pallas. » Autant dire que si la petite phrase était réactivée aujourd’hui, son sens ne devrait avoir aucun rapport avec celui que lui a donné son auteur. Mais vu les risques de contagion, il est probable que les politiques s’abstiendront.

Michel Le Séac'h

Aucun commentaire: