vendredi 28 août 2015

Emmanuel Macron a-t-il critiqué les 35 heures ? « C’était des fausses idées » !

« Les petites phrases font mal à la vie publique », a déclaré Manuel Valls hier dans une petite phrase en abyme. De l’avis unanime des commentateurs, il visait une déclaration d’Emmanuel Macron, prononcée la veille devant l’université du Medef.

Qu’avait déclaré le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique ? « La gauche a pu croire à un moment, il y a longtemps, […] que la France pourrait aller mieux en travaillant moins. C’était des fausses idées. » Voilà une déclaration qui, à première vue, ne ressemble pas vraiment à une petite phrase, parce qu’elle est faite de morceaux empruntés à une énumération bien plus longue* et parce qu’elle évoque le passé**.

Selon le mode d’emploi qu’on lui appliquait, d’ailleurs, cette déclaration pouvait signifier des choses fort différentes. On aurait pu entendre, par exemple, « la gauche a pu croire, il y a longtemps, que la France pourrait aller mieux en comptant davantage de chômeurs », « …en mécanisant davantage », etc. Mais la presse et les auditeurs semblent avoir tous compris : « …en renonçant aux 35 heures ». « En travaillant moins » était évidemment une métaphore des 35 heures tout autant que « Travailler plus pour gagner plus » était une métaphore de l’opposition aux 35 heures. Voici trois exemples de titres parus dans la presse :
Pour qu’une petite phrase marque les esprits, il doit y avoir alignement entre les propos de son auteur, l’interprétation des médias et la culture du public touché. À première vue, cette condition était parfaitement satisfaite. Hélas, deux publics ont été touchés et non un seul : l’un côté Medef, l’autre côté Parti socialiste. Tous deux ont bien perçu la même petite phrase, tous deux l'ont comprise au présent et non au passé... mais elle ne leur a pas fait du tout le même effet ! « Emmanuel Macron, star au Medef, épouvantail au PS », a titré Le Monde.

La vraie petite phrase était ailleurs

Or les uns et les autres se trompaient ! Emmanuel Macron l’a dit ce vendredi : « Je ne parlais pas des 35 heures mais du rapport au travail. Il en faut plus, pas moins. C'est le plus beau combat de la gauche car le travail, c'est le moteur de l'émancipation individuelle ». Cet erratum, certes, n’est pas d’une totale clarté puisque le passage du « en travaillant moins » au « il en faut plus pas moins » n’est pas évident.

Mais le ministre avait deux atouts dans son jeu. D'une part, l'expression « 35 heures » ne figurait pas expressément dans la phrase qu'on lui reproche -- ce qui rappelle l'« effet fuite d'eau » provoqué au mois de juin par une déclaration de Nicolas Sarkozy. Ensuite, la formule d’origine était suffisamment alambiquée pour autoriser les dénégations. Michel Rocard n'avait pas eu ce luxe avec son fameux « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde »***.

Emmanuel Macron a joué de malchance. Il avait bien glissé une petite phrase dans son discours : « Ne vous demandez pas ce que le pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le pays ». Elle avait déjà fait ses preuves puisque c’est le passage le plus célèbre de l’un des discours les plus célèbres du 20e siècle, prononcé par le président John F. Kennedy lors de son investiture, le 20 janvier 1961 : « Ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country ». Kennedy avait alors 43 ans, Emmanuel Macron en a 37, on ne pouvait manquer de le noter. C’est un autre passage qui a été retenu : l’homme politique propose, le public dispose.
____________________________________
* « La gauche a pu croire, à un moment, il y a longtemps, que la politique se faisait contre les entreprises, ou au moins sans elles, qu’il suffisait de décréter et de légiférer pour que les choses changent, qu’il n’était pas nécessaire de connaître le monde de l’entreprise pour prétendre le régenter, que la France pourrait aller mieux en travaillant moins.» 
** Voir La petite phrase : D'où vient-elle ? Comment se propage-t-elle ? Quelle est sa portée réelle ?, p. 225.
*** Idem, p. 101.
Photo d’Emmanuel Macron : OFFICIAL LEWEB PHOTOSFlickrcc-by-2.0.

samedi 22 août 2015

« Il y aura des baisses d’impôts quoi qu’il arrive » : la petite phrase déconditionnalisée de François Hollande

François Hollande avait choisi avec soin son moment et sa mise en scène en donnant à Francis Brochet et Pascal Jalabert un entretien pour le Groupe EBRA, premier groupe français de presse régionale (Le Dauphiné Libéré, Le Progrès…), le 18 août. En ce jour de conseil des ministres de rentrée, la vie politique reprenait, mais elle n’était pas encore saturée par les universités d’été des partis. Le chef de l’État était certain que ses déclarations auraient un impact maximum. De fait, elles ont été abondamment reprises, citées et commentées.

« Le président Hollande va probablement
ponctuer l'intervalle qui nous sépare du
scrutin de décembre de petites phrases
dignes d'une vraie ‘câlinothérapie’
» --
Jean-Yves Archer, tribune FigaroVox
Et en particulier ce passage : « Après une première baisse de la fiscalité en 2014 qui a concerné plus de 3 millions de ménages, elle est plus importante en 2015, puisque neuf millions de foyers fiscaux sont concernés. Si la croissance s’amplifie en 2016, nous poursuivrons ce mouvement car les Français doivent être les premiers bénéficiaires des résultats obtenus. » Ces deux phrases étaient mises en valeur : presque seules, elles étaient reprises dans l’extrait de l’entretien publié sur les sites web du Groupe EBRA. Le titre de l’article (« Si la croissance s’amplifie, nous baisserons les impôts en 2016 »), certainement validé par l’Élysée, était construit sur elles.

Pas de « si » dans les petites phrases

La réorientation du discours présidentiel de la baisse du chômage (mot qui ne figure pas dans l’entretien) vers la baisse de la fiscalité, peut-être davantage à la portée du gouvernement, était évidemment un fait majeur. Mais les deux phrases ci-dessus n’avaient aucune chance de marquer les esprits. D’abord, elles étaient deux, c’est une de trop. Elles contenaient au moins trois idées (impôts, croissance, nombre de bénéficiaires), c’est deux de trop. Et surtout, y figurait le mot « si ».

Les petites phrases conditionnelles sont rarissimes. Qu’on songe aux mots historiques : on n’en trouvera guère qui incluent la conjonction « si » ou un verbe au conditionnel (« Se non e vero e ben trovato »* ne fait pas vraiment exception !). Les petites phrases ont une valeur heuristique ici et maintenant, pas dans l’avenir. Le message implicite d’une phrase comme « les impôts baisseront si… » n’est pas que les impôts baisseront peut-être demain mais que François Hollande fait des promesses hasardeuses aujourd'hui. Et ça n’a pas manqué. « François Hollande promet de nouvelles baisses d'impôts, si… » a titré, par exemple, La Dépêche du Midi.

Du gros son pour tes oreilles

Peut-être les communicants de l’Élysée ont-ils compris trop tard l’effet déplorable de ce « si ». Dès le lendemain, en tout cas, lors d’un déplacement dans l’Isère, François Hollande déclarait : « Il doit y avoir une croissance plus forte en 2016, il y aura donc, nous verrons quelle est l’ampleur, nous y travaillons, mais il y aura donc des baisses d’impôts quoi qu’il arrive en 2016. » Une phrase trop longue pour devenir une petite phrase, bien sûr, mais qui comporte un fragment détachable évident : « il y aura des baisses d’impôts quoi qu’il arrive en 2016 ».

Ce « quoi qu’il arrive » paraît trop forcé pour être fortuit. Il vise certainement à faire oublier le « si » par une affirmation appuyée, qui rompt avec la prudence verbale habituelle de François Hollande. Cette tactique peut-elle être efficace ? L’opinion retiendra-t-elle la promesse et non le doute ? « Quoi qu'il arrive t'auras du snip (snip) du gros son pour tes oreilles, du bon son pour qu'tu t'éveilles », scandaient les rappeurs du groupe Sniper dans la bande-son du film Taxi 4. Mais ils avertissaient aussi : « Quoi qu'il arrive c'est les mêmes effets pour les mêmes causes ».
_________
* Voir La petite phrase : D'où vient-elle ? Comment se propage-t-elle ? Quelle est sa portée réelle ? p. 187.

Photo François Hollande en 2012 : Toufik-de-planoiseWikimedia CommonsCC-BY-SA-3.0

mercredi 19 août 2015

De la démocratie en Amazon

Jeff Bezos, patron-fondateur d’Amazon, fait les titres de la presse internationale depuis hier pour s’en être pris à un article du New York Times. La portée de l’événement dépasse de loin le sujet du débat : les conditions de travail chez le leader mondial de la distribution en ligne.

C’est qu’un article du New York Times n’est pas n’importe quel article. Le journal exerce une influence internationale. Les titres de la presse européenne font souvent écho à ses titres de la veille. Même Le Figaro, dans sa charte de participation des internautes à ses débats, donne comme exemple de « bon » commentaire : « C’est d’ailleurs la une du New York Times, ce matin ! » Paradoxalement, la riposte de Bezos a été mise en valeur par le New York Times lui-même – sans quoi elle serait probablement passée inaperçue hors des États-Unis. Le New York Times est l’exemple même du quatrième pouvoir, si ce n’est de la pensée unique mondialisée*.

La réaction de Bezos viole une règle de base de la communication de crise : ne pas critiquer frontalement les articles négatifs. Le fondateur d’Amazon est connu pour son tempérament éruptif. Mais c’est aussi un champion de la communication (il a d’ailleurs racheté en 2013 l’un des autres quotidiens de référence américains, le Washington Post). Il est entouré de tous les conseils utiles. Sa décision de contester l’article du New York Times est probablement délibérée. Il n’est d’ailleurs pas le premier grand patron à faire ce choix. En 2013, par exemple, Elon Musk, fondateur de Tesla, avait vertement répliqué à un article négatif du New York Times sur ses automobiles électriques.

Les dirigeants de la nouvelle économie commencent à ignorer délibérément les règles de l’ancien système de pouvoir. Le quatrième pouvoir, donc, mais pas seulement. Ainsi, contournent-ils souvent le pouvoir judiciaire par des systèmes d’arbitrage et de transaction. Et le pouvoir législatif en jouant leur propre mondialisation contre les droits nationaux. Il s'agit moins de désaccords ponctuels que d’incompréhension mutuelle croissante. « Cet article ne décrit pas l'Amazon que je connais » dit Jeff Bezos à propos des critiques du New York Times.

Si Tocqueville revenait de nos jours, vers où se tournerait-il pour étudier le monde à venir comme il l’a fait avec De la démocratie en Amérique ?
__________________________
* Le New York Times n’échappe pas au déclin de la presse papier, mais le web a renforcé son influence internationale. Le classement Alexa le range parmi les tout premiers sites de presse mondiaux (à propos, le site Amazon.com figure en sixième position dans ce classement, derrière Google, Facebook, YouTube, Baidu et Yahoo).

Photo : Jeff Bezos par Steve Jurvetson, Wikimedia, CC-BY-2.0

jeudi 13 août 2015

« J’y pense en me rasant » : la petite phrase volée à Fabius par Sarkozy

Qui a dit, à propos de l’élection présidentielle : « J’y pense en me rasant » ? Nicolas Sarkozy, répond-on le plus souvent. Or le véritable auteur de la phrase est Laurent Fabius. Pensez-vous à l’Élysée ? lui avait-on demandé au cours de l’émission 100 minutes pour convaincre, le 15 octobre 2003 sur France 2. « J’y pense parfois le matin en me rasant », avait répondu l’ancien Premier ministre de François Mitterrand.

C’est par référence explicite à cette réplique que, quelques semaines plus tard, le 20 novembre 2003, Alain Duhamel demande à Nicolas Sarkozy : « Quand vous vous rasez le matin […] est-ce qu’il vous arrive à ce moment-là de penser à l’élection présidentielle ? » (voir extrait vidéo de l’INA). « Pas simplement quand je me rase », répond sobrement Sarkozy.

« La petite phrase a le don d’agacer quelques-uns de ses amis », note le lendemain le journal de France 2. Ces réactions, relayées par la presse, ancrent les paroles de Sarkozy dans les mémoires : désormais, l’auteur de la réplique, c’est lui ! Et sans doute est-ce lui qui a pensé le plus fort en se rasant puisqu’il est candidat à l’élection présidentielle de 2007, et pas Laurent Fabius

Probablement pas très connue du grand public, la petite phrase a marqué le personnel politique et les journalistes spécialisés. Elle est même devenue chez eux une sorte de leitmotiv. « Quand je me rase, je pense à ne pas me couper », ont répondu en substance aux journalistes qui les interrogeaient Xavier Bertrand en 2008, Manuel Valls en 2013, Dominique Strauss-Kahn (par l’intermédiaire d’Anne Sinclair) en 2003 et même… Laurent Fabius en 2014. Et le JDD d’insister à propos de ce dernier : « en référence à une célèbre réponse de Nicolas Sarkozy » ! La petite phrase a bel et bien échappé à son véritable auteur.

Pourtant, la forme qui est restée vient directement de celle que lui avait donnée Laurent Fabius : « J’y pense [parfois le matin] en me rasant ». Comme beaucoup de petites phrases, celle-ci a été spontanément optimisée par le public* :  les trois mots « parfois le matin » disparaissent le plus souvent. Ils ne sont pas seulement inutiles, ils contredisent le message tel qu'il est compris aujourd'hui. Dans la bouche de Laurent Fabius, la formule signifiait quelque chose comme « j'y pense de temps en temps ». Désormais, elle signifie plutôt :   « je ne pense qu'à ça » et connote un personnage aux dents longues. Sans doute Nicolas Sarkozy correspondait-il mieux que Laurent Fabius à ce portrait-robot .

Michel Le Séac'h
__________________________________
* Voir La petite phrase : D'où vient-elle ? Comment se propage-t-elle ? Quelle est sa portée réelle ?, p. 179.

Photo U.S. Department of State, domaine public, Flickr

lundi 10 août 2015

No One Understands You and What to Do About It, par H.G. Halvorson

À la sortie de l’hôpital, un patient remercie son psychiatre de l’avoir guéri : il ne se prend plus pour un morceau de sucre. Passe un chien. Le patient effrayé referme vite la porte.
- Voyons, dit le médecin, vous savez bien que vous n’êtes pas un morceau de sucre.
- Je le sais moi, mais le chien, lui, il ne le sait pas !

Tout deviendra plus clair pour le patient et le chien une fois qu’ils auront lu No One Understands You and What to Do About It, de Heidi Grant Halvorson. Professeur de psychosociologie à Columbia Business School, celle-ci explique pourquoi les autres ne nous voient pas comme nous croyons être, pourquoi ils comprennent de travers ce que nous leur disons.

Le livre s’ouvre sur un débat télévisé pendant la campagne présidentielle américaine de 2012. Barack Obama est réputé excellent orateur. Pour se donner l’air « présidentiel » et ne pas apparaître « sarcastique », il épargne à son adversaire, Mitt Romney, les petites phrases préparées par ses assistants. Il quitte la salle sûr de sa victoire. En réalité, le débat est un désastre : selon un sondage le président est apparu « léthargique et indifférent », il n’est donné pour vainqueur du débat que par 25 % du public. Comme quoi, il vaut peut-être mieux ne pas se priver de petites phrases !

Prononcer une petite phrase ne suffit pas. Elles « ne signifient pas grand chose par elles-mêmes », note Heidi Grant Halvorson. « Nous devons découvrir leur sens  – d’après le contexte et d’après tout ce que nous savons (ou croyons savoir) d’autres sur leur auteur. » Autrement dit, le sens d’une petite phrase est conditionné par ce qui se trouve déjà dans la tête des auditeurs. Or ces auditeurs sont, comme nous tous, des « avares cognitifs », selon l’expression des psychologues Susan Fiske et Shelly Taylor : il se passe tant de chose autour de nous que, pour simplifier, nous devons nous en remettre à des raccourcis.

Le « biais de confirmation » est le plus puissant d’entre eux. Dans ce que nous voyons ou entendons de nouveau, nous cherchons la confirmation de ce que nous savons ou croyons déjà. Modifier les impressions d’autrui est possible ; c’est juste très difficile. Les deux derniers tiers du livre de Heidi Grant Halvorson disent comment faire. Mais on en retiendra qu’un homme politique ne devrait pas tenter de petite phrase en contradiction avec son image dans l’opinion. Au mieux, elle passera inaperçue. Au pire, elle sera comprise de travers et pourra même tourner vinaigre, comme Nicolas Sarkozy en a fait l’expérience avec « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».
Heidi Grant Halvorson, No One Understands You and What to Do About It, HBR Press, Boston 2015.